Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | Connexion

François Robichon de la Guérinière

Francois Robichon de la Gueriniere

Francois Robichon de la Gueriniere


François Robichon de la Guérinière passa son enfance en Normandie. Son frère aîné, Pierre des Brosses de la Guérinière, dirigea l’Académie d’équitation de Caen. En 1715, nanti de son brevet d’écuyer du roi, François Robichon de la Guérinière vient à Paris diriger une académie d’équitation dont le manège était installé dans un ancien jeu de paume dans ce qui était alors la rue des Francs-Bourgeois-Saint-Michel. L’emplacement du manège correspond actuellement à la rue de Médicis. C’est à cet endroit que François Robichon de la Guérinière acquit sa réputation d’écuyer et de professeur hors pair qui lui valut, en 1730, d’être nommé directeur du Manège des Tuileries par le grand écuyer de France, le prince Charles de Lorraine, comte d’Armagnac.

Francois-Robichon-de-la-Gueriniere-11

Francois-Robichon-de-la-Gueriniere-11

François Robichon de la Guérinière mourut le 2 juillet 1751, très probablement aux Tuileries, bien qu’une tradition veuille le faire mourir à Versailles. Il fut certainement inhumé à Saint-Roch où nous pouvons retrouver une pierre tombale portant son nom. Les archives départementales, brûlées par la Commune de 1871, nous auraient sans doute renseignés sur ce point.

Rivoli, à l’aboutissement de la rue de Castiglione. Il jouxtait le jardin et s’ouvrait sur une longue carrière, comme on les aimait alors et qui s’étendait jusqu’au château. Il fut détruit en 1803-1804, par la construction de la rue de Rivoli, après avoir servi à une tout autre utilisation : il abrita les assemblées révolutionnaires et y vit le procès de Louis XVI. Deux plaques en rappellent l’existence : une posée au début du siècle contre la grille du jardin des Tuileries, l’autre posée en 1951, par le Cercle Hippique de France, pour commémorer le bicentenaire de la mort de la Guérinière.

Les Grands Ecuyers