Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | Connexion

Le Jack Russell Terrier

Le Jack Russell Terrier

Le Jack Russell Terrier

Souvent présenté comme le type même du chien de chasse, petit, agile et racé, le Jack Russel Terrier débusque comme pas un les renards et autres mustélidés. Souple, doté d’une forte personnalité et d’un caractère remarquable, il affronte ses proies jusque dans leur terrier.
Compagnon fidèle, attentif et intelligent, auxiliaire indispensable des garde-chasse ou, plus largement, de tous les amoureux de la nature, le Jack Russel est un chien qui vous séduira au premier coup d’œil.

Standard : FCI no 345
Classification FCI : Groupe 3 Section I
Petits terriers avec capacités de travail
Pays de développement : Australie
Origine : Angleterre
Longévité de 10 à 15 ans

  1. Origine et histoire

  2. Le Pasteur John Russell (1795-1883)

    Le Pasteur John Russell (1795-1883)

    Le terrier Jack Russell est une race de terriers actifs. Il doit son nom au pasteur John Russell, qui, au cours de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, s’était fait connaître comme éleveur d’une des meilleures lignées de Fox Terriers au Devonshire, en Angleterre.
    Le Pasteur John Russell (1795-1883), à côté de ses activités religieuses, nourrissait une passion pour la chasse aux renards et l’élevage des chiens destinés à cette fin. On raconte que le premier terrier du pasteur John Russell « Trump » (qu’il obtint en 1819) a été la souche de sa lignée de terriers actifs.
    Dans l’élevage du Jack Russell, les caractéristiques recherchées renvoient toutes à la chasse du renard : sa couleur, sa constitution, son caractère et son intelligence. Le corps est compact, bien proportionné, avec des épaules bien formées, les pattes droites, et le plus important, une poitrine ramassée (qui doit pouvoir être enserrée aisément dans deux mains de taille normale, sur la partie la plus large, derrière les épaules). Le Jack Russell doit avoir une grande souplesse lui conférant une liberté de mouvement optimale sous terre, pour être en mesure de traquer sa proie dans le terrier, dans les galeries les plus étroites.
    Le renard à ce titre fait office de référence pour le Jack Russell. Le terrier doit pouvoir passer où le renard passe.
    Si le Jack Russell a été initialement élevé pour la chasse du renard, il n’en est pas moins un terrier polyvalent, convenant pour la chasse au renard rouge ou gris, au raton laveur, à la sarigue ou au rat. Il est aussi employé sur le lapin, le ragondin et le gros gibier en France.
    Le Fox terrier, reconnu à la fin du XVIIIe siècle comme race par le Kennel Club, devait au fil des ans, connaître bien des modifications, imposées par les canons de beauté en vigueur dans les expositions. Le chien que nous connaissons aujourd’hui est appelé Fox terrier moderne. Ces modifications, poitrine développée, tête longue et effilée, épaules droites à l’extrême, rendent improbables l’éventualité qu’un Fox terrier conforme au standard actuel de la race, puisse encore suivre un renard au fond de son terrier, même si toutefois, son instinct continue à l’y pousser.
    John Russell a fait en sorte de préserver le caractère original de sa lignée de Fox terriers, dont l’élevage était tourné exclusivement vers le but de la chasse. Le terrier que nous connaissons aujourd’hui comme le terrier Jack Russell, présente de ce fait de fortes similitudes avec le Fox terrier d’avant 1900. Il est intéressant de faire remarquer que John Russell fut l’un des membres fondateurs du Kennel Club anglais en 1873. En 1874, il officiait en tant que juge officiel pour la reconnaissance du premier Fox terrier reconnu par le Kennel Club. Quelle qu’ait pu être la part active prise par John Russell, durant tout le reste de sa vie, dans ce club, il s’est toujours abstenu cependant de présenter ses propres chiens pour une reconnaissance.
    Pendant plus d’un siècle, les amoureux des terriers actifs ont veillé à maintenir la lignée du Jack Russell en préservant son authenticité. Ainsi, le Jack Russell s’est tenu à l’écart des évolutions suivies par le Fox terrier du Kennel Club, et se présente aujourd’hui tel qu’il était jadis ; ceci vaut également pour ses qualités de terrier actif.
    La préservation de ce patrimoine canin est d’ailleurs l’objectif principal qui anime le Club du J.R.T.
    Au cours des dernières années, la reconnaissance du Jack Russell a suscité un engouement croissant. Cet éveil a eu des répercussions favorables dans la mesure où il a permis de promouvoir une constitution correcte de ce corps, conforme au standard de la race. La qualité des chiens d’élevage en Amérique s’en est également trouvée améliorée. La tâche du Club du J.R.T. consiste à veiller à ce que la reconnaissance reste un moyen permettant la préservation de la race, sans jamais perdre de vue que le Jack Russell est destiné avant tout à l’activité, ne devant en aucun cas devenir le jouet des maniaques des expositions. Toute autre attitude conduirait à des modifications dans la constitution du corps, obligeant du même coup le Jack Russell à connaître les mêmes avatars que le Fox terrier original.

  3. Fiche

  4. Le Jack Russell Terrier

    Le Jack Russell Terrier

    Autre nom : Jacquot, jacquotte
    Catégorie : 3 – Les Terriers
    Section : – Petites tailles
    Standard FCI : Standard No 345 – Groupe 3
    Poids : 5 à 7 Kg
    Taille : 25 à 30 Cm
    Longévité : 13 à 18 ans
    Morphologie : Le Jack Russel Terrier doit être de forme rectangulaire. Tête légèrement plate, membres musclés
    Robes : Blanche à 70 % – tâches noires ou fauves ou noires et feu.
    Poil : lisse, broken (lisse et un peu long) ou long.
    Entretien : Brossage hebdomadaire.
    Nourriture : Croquettes industrielles. Environ 110 gr suivant son activité.
    Caractère : actif, dominant, fidèle, affectueux.
    Aptitudes : Chasse, agility, concours de beauté, obérythmée.
    Pathologies : Chien rustique.
    Population : Chien courant
    Prix moyen : 850 €

  5. Caractère et comportement

  6. Le Jack Russell Terrier

    Le Jack Russell Terrier

    C’est un compagnon extraordinaire pour les personnes qui désirent un chien tonique, et toujours gai. Il apprend très vite les bonnes manières comme les mauvaises. Il faut donc l’éduquer avec fermeté et surtout ne pas le traiter comme un chien de salon. Il deviendrait un chien difficile car il a tendance à tout vouloir faire à sa manière. D’un tempérament très têtu voire plus que les autres Terriers, il vous testera en permanence pour voir si vous craquez. Ne vous laissez surtout pas faire, dominez-le tout de suite sinon ce sera un calvaire: il tend vers la domination et est assez indépendant. Ce n’est pas un chien à prendre sur un coup de tête ou parce qu’il est mignon, son acquisition demande réflexion et connaissance des chiens.
    Toujours très vigilant, il est un excellent chien de garde, qui aboie au moindre bruit suspect autour de la maison. Authentique chien de chasse, il a donc besoin de se dépenser. Ses oreilles se dressent lorsqu’il entend un bruit. Ils détestent être tout seul et ils ont besoin d’un autre chien dans la famille pour jouer. Un Jack Russell qui n’aime pas beaucoup jouer ou qui est paresseux a besoin d’un autre chien pour jouer. Les Jack Russell sont surtout des chiens très nerveux, ils ont besoin de leur jouet à eux sinon ils abîmeront tout ce qu’ils voient.
    Ils s’entendent bien avec les autres animaux de compagnie et adorent jouer avec les enfants (néanmoins il faudra toujours rester vigilant, l’atavisme de chasse étant très fort chez ces chiens, ils peuvent attaquer chats, rats ou cochon d’inde avec qui ils s’entendaient très bien auparavant sur un coup de tête). Bien socialisés, ils peuvent également côtoyer le chat de la maison mais bien souvent, ne savent pas résister au besoin de courser celui qui détale devant eux dans la rue, ce sont encore des chiens de chasse ! Ils sont dominants et souvent téméraires en présence de chiens plus gros qu’eux.

  7. Apparence et physique

  8. Le Jack Russell Terrier

    Le Jack Russell Terrier

    Il est hélas notoire qu’on observe une grande disparité chez les jacks proposés à la vente. Entre les chiots importés à la santé malingre et vendus à peine moins cher dans des animaleries douteuses, et les vilains chiens hypernerveux, aux oreilles droites, ou démesurément grands proposés par des éleveurs peu scrupuleux qui ont choisi cette race « parce que ça se vend bien » et ont oublié de l’aimer, les acquéreurs potentiels ont toute la latitude pour se faire arnaquer. Et l’on ne parle pas des chiens non inscrits au LOF et qui – par définition – ne sont pas des chiens de race (la loi du 6 janvier 99 est là pour le rappeler : si dénommer jack un chien non LOF est désormais puni par la loi, acheter un tel chien exclut tout recours si l’animal s’avère ne pas ressembler – de par son physique ou son caractère – au jack précisément décrit par le standard de la race).

    Pourtant le véritable jack est un chien bien fixé et tous présentent de grandes similarités qui permettent de le distinguer des nombreux ratiers à courtes pattes qui sillonnent actuellement nos trottoirs ! Les Australiens ont fixé un modèle à la fois élégant, plein de vie et de gaîté mais d’un caractère très agréable au quotidien. Absolument pas un chien excité.

    Le jack est plutôt rectangulaire, ce qui en fait un chien « cossu ». Facile à reconnaître, sa hauteur de pattes est égale à sa hauteur de poitrine. Ce n’est pas un saucisson, ni un ratier hyper actif mais un chien sélectionné qui allie un caractère calme à la maison, bien trempé – gentil et hardi, nous dit le standard – à une formidable vitalité toujours prête à s’exprimer dès qu’il vous accompagne dans vos activités d’extérieur. Il peut présenter toutes sortes de pelage : dur, lisse (avec un bon sous-poil) ou intermédiaire. Les connaisseurs apprécient le poil dur.

    Taille idéale, 25 à 30 cm
    Poids de 5 à 7 kilos
    La hauteur de poitrine est égale à la longueur du membre antérieur
    Les pattes torses sont un défaut éliminatoire, de même les pieds ne doivent pas tourner ni vers l’intérieur, ni vers l’extérieur
    Le jack « Louis XV » est un non-sens et une source de futurs soucis de santé
    Les oreilles sont retombantes contre le crâne ou en bouton

    Les oreilles du Jack Russell

    Le Jack Russell Terrier

    Le Jack Russell Terrier

    Les muqueuses sont noires : les paupières sont noires, les lèvres aussi. A contrario, pas de yeux de « cochon » bordés de rose, pas de truffe, de lèvres et/ou de paupières vineuses (couleur chocolat)
    Le jack est souvent coloré quoique l’idéal quant à la répartition des couleurs limitées à la tête et à la base de la queue.
    Le jack tout blanc n’est pas recherché. Le standard indique chien blanc AVEC des taches.
    Poil lisse, rêche ou brocken (intermédiaire)
    Le tour de poitrine doit mesurer entre 40 et 43 cm.

    De plus, il semble nécessaire de privilégier les éleveurs qui s’inscrivent dans un programme de contrôle des tares génétiques identifiées pour la race : luxation de la rotule, atrophie progressive de la rétine, cataracte, luxation du cristallin.

  9. Santé hygiène et soins

  10. Le Jack Russell Terrier

    Le Jack Russell Terrier

    Les Jack Russell à poils lisses, dur ou « cassé » ne se toilettent pas de la même façon. Le Jack Russell à poil lisse n’a pas besoin de toilettage bien spécifique et est facile à entretenir, faut- il seulement savoir qu’il existe une chute de poils permanente.

    Le Jack Russell à poil lisse a un poil court et très dense avec un sous-poil quasi inexistant. Les poils de couleur blanche sont souvent plus épais et lourds et ont tendance à tomber plus facilement que les poils d’autres couleurs. C’est ainsi que les chiens avec une prédominance de blanc(moins tachetés), perdent leurs poils abondamment, avec des pics en automne et en été.

    Pour remédier à cette perte permanente de poils, il est recommandé de brosser le chien régulièrement avec une brosse ou un gant en caoutchouc. Des fois un bon bain, accompagné d’un bon brossage pendant 10′ permet d’avoir de bons résultats, mais qui ne sont malheureusement pas permanents ! Ne pas laver le chien trop souvent: tous les 4 mois pour les chiens vivant en ville, ou chaque fois que le chien est très salle, sent mauvais, ou 2-3semaines avant une exposition. L’eau ne lui fait pas de mal mais le shampoing adoucit et fragilise trop le poil. N’ utilisez jamais un shampoing pour humain même très doux et ne sécher jamais au sèche-cheveux ! Enrober le chien d’une serviette et bien frictionner à rebrousse poils plusieurs fois jusqu’à ce que le pelage soit presque sec.

    Le Jack ruisselle à poil dur et « cassé » possède un poil dur ou cassé (un poil intermédiaire en d’autres mots, entre lisse et dur) et un sous- poil doux et court. Il doit être brossé et épilé pour maintenir une belle apparence physique, pour son entretien et pour sauvegarder la qualité de son poil imperméable. En plus ces séances de toilettage vous permettront de faire un check-up de son état physique : oreilles, peau, anus, ongles, puces, parasites, yeux…. Idéalement le chien est toiletté deux fois par an.

    Il est totalement déconseillé de tondre ou raser un Jack Russell Terrier, ce qui intensifie la chute de poils et détériore la qualité du pelage (poil devient laineux, doux et non résistant).

    Épilation
    Commencer par brosser le chien avec une brosse ou un peigne métallique à rebrousse-poil et puis dans le sens du poil, en restant prudent au niveau de la face (sourcils, barbichette) car ces poils ne poussent que très lentement. Parler à votre chien pour qu’il ne s’ennuie pas pendant la séance et rassurez le.

    Ensuite prenez le couteau à épiler et passez-le comme un peigne sur le tronc, ceci vous permettra d’ôter le sous-poil et les poils morts. Ainsi le pelage s’éclaircit et les formes du chien sont mieux visibles. En utilisant les ciseaux droits vous pouvez aussi couper les poils entre les orteils et les coussinets. Couper les ongles avec une pince à ongles : pour éviter de les couper trop courts et blesser le chien, demandez à votre vétérinaire de le faire. Les ongles doivent être coupés régulièrement et pas seulement deux fois par an pendant le toilettage. Essayez aussi de débarrasser la zone péri anale, la région du pénis chez le mâle, ainsi que les mamelles des femelles, de poils superflus qui deviennent sales assez facilement

  11. Alimentation

  12. Le Jack Russell Terrier

    Le Jack Russell Terrier

    Quelle soit industrielle ou de type traditionnel, l’alimentation de votre jack doit être une alimentation de qualité : on ne nourrit pas son chien de restes de table, ni d’aliments à bas prix achetés en grande surface. Dans les deux cas, vous risquez des carences. D’autant que le jack n’est pas un glouton, mais qu’il a plutôt tendance à « picorer ».

    Le jack est peu difficile à nourrir, il a généralement peu tendance à grossir tellement il est dynamique. 150 grammes d’aliments secs de qualité (premium) dans une gamme « maintenance » suffisent à couvrir les besoins d’un adulte ayant peu d’activités sportives.

    Mieux vaut éviter les aliments à taux élevé de protéines.

    Bien que certains propriétaires aiment passer du temps à cuisiner la ration de leur chien, j’ai tendance à croire qu’en règle générale, « une alimentation industrielle de qualité vaut mieux que la meilleure des rations ménagères », et que le temps ainsi économisé pourra être utilement employé à aller se promener avec son jack. En effet, il est difficile de connaître avec précision la teneur en nutriments d’une ration ménagère.

    Ma préférence va aux croquettes que je distribue à volonté. Il est plus pratique, plus sûr, et plus économique, d’utiliser des aliments industriels, de formule constante et spécialement étudiée pour les différentes phases du développement de votre chien : sevrage, croissance, maintenance, femelle gestante et allaitante, chien au travail, vieux chien… Il ne faut pas ajouter de compléments minéraux ou vitaminiques aux aliments industriels. Faites attention aux dates de validité, certaines vitamines sont fragiles, et à la qualité, sans nécessairement choisir les produits les plus chers ! Mais, une alimentation industrielle de bas de gamme, souvent peu énergétique, conduit à des ballonnements et à des selles volumineuses.

  13. Education et dressage

  14. Il peut être que progressif et lent pendant toute la croissance du chien. De cette façon, il s’effectue facilement et sans accroc. Il n’est pas question de décréter un beau matin qu’il faut commencer un « dressage » parce que votre chien vous a désobéi la veille !
    Chez vous, le chien a très vite besoin, par atavisme, de se situer socialement dans la hiérarchie de la « meute » familiale :
    – Au chenil, les choses sont claires, le mâle ou la femelle dominant lui apprend très vite la hiérarchie de la meute, en particulier « à la gamelle ».
    – Dans le milieu familial, le risque est que tout le monde ne parle pas le même langage et que les interdits ne soient pas les mêmes pour tous.

    Parlons du langage
    Il n’y a rien de plus ridicule que d’entendre une « mémère à son chien-chien » faire de longs discours à sa petite chose favorite. Le chien bien entendu ne comprend rien et retient uniquement l’intonation de la voix de sa maîtresse qui « gronde » en élevant le ton ou qui « caresse » en susurrant des mièvreries.

    Le vocabulaire doit être volontairement restreint, quelques mots suffisent :
    Viens ! pour appeler.
    Assis ! pour demander l’immobilité.
    Derrière ! pour le faire marcher derrière vous ou à côté.
    Non ! pour stopper une action immédiate (monter sur la table, sauter sur un convive, lever la patte à la maison, etc. ).
    Apporte ! pour vous ramener un objet de jeu ou un gibier.
    Aller ! pour l’envoyer jouer ou pour commencer une action de quête de chasse.
    Avec ces six mots, tout le dressage est possible.

    Bien sûr, vous pouvez en ajouter quelques-uns dont vous avez l’habitude pour la joie, la colère ou la flatterie; mais pas trop ! Avec ce langage simple, vous pouvez « baliser » votre chien et mettre en place les « interdits » qui vous semblent indispensables. Attention, sous peine de « déboussoler » votre Jack Russell et rendre le dressage difficile, le langage et les interdits doivent impérativement être les mêmes pour tout le cercle familial.

    Les interdits

    À côtoyer beaucoup de Jack Russell Terriers, on s’aperçoit vite que s’ils sont souvent bien éduqués certains sont de véritables « sales gosses ». Un chien bien élevé ne tire pas sur sa laisse et reste calme en compagnie. Il est « dominé » par le dressage de son maître. À l’inverse, celui que les éleveurs ont tendance à appeler « le chien de particulier », s’il n’a pas été bien éduqué, tire sur sa laisse, trépigne, gémit, aboie et rend la vie impossible à son propriétaire qui avoue son impuissance en lui tenant des discours inutiles. Le maître est dominé.

    Le langage

    Viens ! Vous appelez le chien avec le « viens » et vous restez immobile. C’est le chien qui doit se déplacer, jamais le maître. Vous récompensez ensuite votre compagnon avec une friandise et une caresse. L’apprentissage est rapide. Attention : après une bêtise, il ne faut jamais utiliser le « viens » pour l’appeler afin de le gronder ou le corriger. Après une ou deux expériences de cette nature, le chien n’obéit plus à l’ordre viens !

    Non ! Il est prononcé dans l’action immédiate d’une bêtise ou d’un interdit, jamais après ! Le chien vit le présent. Une « engueulade » ultérieure ne sert à rien. Elle est négative et oblige le chien à la fuite ou au conflit. Toujours dans l’action, le « non » peut être précédé d’une tape sèche avec la main, sur une patte ou la tête. Si l’interdit est commis trop loin de vous, vous ne devez rien faire ! Quelquefois et toujours par surprise, vous pouvez lui lancer des objets (verre d’eau, boîte d’allumettes, graviers etc..) qui lui font stopper l’action. Au chenil, le chien qui fait sa soumission à un autre, stoppe immédiatement la colère de ce dernier et assure sa survie. Faites de même ! Après une faute sanctionnée, si le chien vous fait sa soumission, calmez-vous immédiatement et flattez-le. Il ne sert à rien de crier après le chien en prononçant son nom d’un ton furieux. Son nom doit systématiquement être associé à quelque chose d’agréable qui doit le faire venir. Vous ne devez pas non plus le menacer avec la main ou un objet. Si cela peut vous aider à stopper votre colère, n’hésitez pas à l’isoler ou à l’attacher loin de vous.

    Assis ! Vous levez la main ou un doigt en prononçant doucement « assis » et vous obligez le chien à s’asseoir avec l’autre main, la première restant tendue. Dès qu’il est assis, vous lui offrez une récompense. La répétition de cette leçon conduit le chien à la position assise à l’ordre. Mais attention, pas d’énervement ! Les leçons doivent être très courtes (une à deux minutes) et répétées dans le temps (une par jour ou tous les deux jours).
    Ne soyez jamais pressé ou impatient.

    Derrière ! Il vous faut une petite barrière à claire voie que vous trouverez dans votre jardin ou dans un parc. Vous obligez votre Jack Russell Terrier à rester derrière la barrière que vous ouvrez et refermez. Au début, l’ordre « derrière » se donne en levant la main comme pour le « assis ». Bien enregistré, ce réflexe est très utile lorsque vous ouvrez la porte pour éviter que le chien s’échappe ou se rue sur un visiteur.

    D’une façon générale, vous devez avoir à l’esprit que le dressage s’obtient lentement, sans brutalité et que c’est finalement l’amour du Jack Russell Terrier pour son maître qui le permet. Vous devez toujours récompenser les progrès acquis et les bonnes actions par une caresse ou une friandise. Il faut trouver des palliatifs aux bêtises. Par exemple, le chiot qui mordille tout, doit avoir sa balle ou son jouet que vous lui donnez immédiatement après un « interdit » de mordillement, etc.

    Si vous avez plusieurs chiens chez vous, il est très important de surveiller vous-même leur comportement « à la gamelle ». C’est là que vous pouvez rapidement évaluer, leur bonne santé, leur embonpoint, leur appétit, leur humeur. Sur une portée de chiots, vous reconnaîtrez très vite, les coléreux, les gais, les tristes, les timides, les beaux, les moins beaux, etc. Lorsque votre dressage est terminé et suffisant, il faudra « l’entretenir » à la gamelle. Par exemple, vous obligez le chien à manger à l’ordre. S’ils sont plusieurs, les autres regardent le premier manger et attendent leur tour… Si vous réussissez cela, ce qui est relativement facile, vous avez réussi votre dressage et vous êtes le dominant de la meute !

  15. Liens internes sur les chiens

  16. La vaccination du chien
    Les maladies canines
    LOF ou le Livre des Origines Français

  17. Livres sur le Jack Russell Terrier

  18. Le Jack Russel Terrier de G Bauchal
    Jack Russell terrier de Karin Wegner
    Mon Jack Russell : L éduquer, le dresser, le soigner, l aimer de Valeria Rossi
    Je l aime mon Jack Russel ! : Tout ce que je dois savoir pour le rendre heureux de De Vecchi
    Le jack russel terrier de Emmanuelle Dal Secco
    Le Jack Russel Terrier de G Bauchal
    Le Jack Russell Terrier : Un chien pour les familles avec enfants de Patrick Glémas

  19. Liens externes sur Le Jack Russell Terrier

  20. Jack Russell Terrier – Wikipédia
    Le site officiel du club du Jack Russell Terrier
    Jack Russell – Races de chien – Comment choisir son chien?
    Frenchtoutou le site qui a du chien ! : chiens et chiots
    Elevage et pension des Elucines
    Jack Russel Terrier Woopets

Laisser une réponse

Il faut être enregistré pour poster un commentaire.