Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | Connexion

Le Labrador retriever

Origine et histoire du Labrador retriever

Le Labrador retriever

D’allure bonhomme, calme, robuste, sa tête ronde, ses mâchoires puissantes et sa large truffe inspirent la confiance. Ses yeux, de dimension moyenne, de couleur marron ou noisette, sont pleins de douceur et d’intelligence.
C’est un chien fortement charpenté, mais qui ne doit pas être trop gros, même si son corps est puissant et ses formes corporelles arrondies.
Sa queue, très épaisse à la naissance, s’effile progressivement vers l’extrémité. Élle est recouverte complètement d’un poil court, épais, dense, qui donne une apparence de rondeur connue sous le nom de « queue de loutre ».
Le poil est court et dense, sans ondulation ni franges et le sous-poil est résistant aux intempéries. La robe est entièrement noire, jaune ou marron (foie-chocolat). Le jaune va du crème clair au roux (du renard).
Le mâle mesure 53 à 59 cm au garrot, la femelle mesure pour sa part de 51 à 58 cm.

  1. Origine et histoire

  2. Le labrador est né au XIXe siècle en Angleterre du croisement du chien de Saint-John, (St. John’s Dog), une race éteinte aussi surnommée le petit Terre-Neuve, avec différentes sortes de retrievers anglais. Ce chien serait venu accoster à Poole dans le Dorset. Ce port qui servait de relâche aux Terre-Neuvas fut par la suite un des principaux points d’importation de ces chiens en Angleterre. De ce saut du navire, on a tiré des conclusions sur les qualités marines de ce chien aux pattes palmées, au poil court et imperméable et à la queue semblable à celle de la loutre. De plus, les labradors sont très friands de poissons. Et effectivement, le labrador a certainement été un chien de pêcheur avant d’être un chien de chasse. Jusqu’à, dans un premier temps, la naissance en 1885 d’un spécimen ayant les caractéristiques du labrador (Buccleuch Avon, de lord Malmesbury), puis enfin, en 1916, l’élaboration du standard du labrador et la création du premier club de race par la comtesse Lorna Howe.

    Le labrador est avant tout un chien créé pour la chasse, du fait de ses qualités de rapporteur de gibier tombé au sol, sur tous les biotopes (étangs, marais, sous-bois, etc.), en raison de son très bon odorat et de ses aptitudes exceptionnelles de natation.

  3. Fiche

  4. Fiche du Labrador retriever

    Le Labrador retriever

    Autres noms : Retriever du Labrador, Labrador.
    Origine : Grande Bretagne
    Standard F.C.I. : N°122
    Classification F.C.I : Groupe : 8 chiens rapporteur de gibier, leveurs de gibier et chien d’eau. Section 1 Chiens rapporteurs de gibier.
    Poids : 30 à 35 Kg
    Taille : 54 à 57 Cm
    Longévité : 15 à 20 ans
    Morphologie : Tête bien dessinée, Corps large et musclé, membres bien développés et bonne ossature.
    Robes : Noire, jaune ou marron.
    Poil : Court et dense. Sous-poil résistant aux intempéries.
    Entretien : Brossage hebdomadaire.
    Nourriture : Croquettes ou pâtée industrielle de qualité.
    Caractère : Affectueux, gentil, obéissant, agile, fidèle.
    Aptitudes : Chien de compagnie, guide d’aveugle, chien de chasse.
    Pathologies : Le labrador est un chien à la santé robuste. Il a tout de même tendance à grossir plus facilement que les autres, c’est pourquoi il est impératif de lui faire faire beaucoup d’exercices.
    Prix moyen : 1000€

  5. Caractère et comportement

  6. Caractère et comportement du Labrador retriever

    Le Labrador retriever

    Pour comprendre le caractère du Labrador il faut retourner à ses origines et à sa raison d’être, car même s’il est devenue le chien de compagnie N° 1 dans la plupart des pays anglo-saxons, il reste un chien conditionné pour le rapport du gibier et surtout le gibier d’eau. Un chien qui puisse se tenir des heures assis, calme et attentif, sans excitation et en silence à coté de son maître à attendre le passage des canards ou des oies sauvages et, les coups de feu tirés, se glissant sur un geste du maître dans l’eau glacé à la recherche du gibier tombé au loin. Chercher, poursuivre et ramener des oiseaux désailés sans déranger d’autres oiseaux ni d’autres chasseurs, voilà sa raison d’être. Il fallait donc un chien actif et agile, à l’écoute et docile mais également volontaire et courageux. Capable d’initiative mais totalement sous l’autorité du maître. Il n’est donc pas étonnant qu’un tel chien soit devenu un auxiliaire hors pair pour personnes handicapées.

    Il faut que toute la famille se mette d’accord sur ce qui est interdit et ce qui est permis et qu’il n’y ait pas de dérogations. Alors, attention aux enfants qui trouvent rigolo de faire monter le chien sur le canapé en l’absence des parents, car le chien ne comprendrait plus rien par la suite.

    Le Labrador est le chien de toute la famille, même s’il admire particulièrement un membre. Il appartient à un célibataire qui se marie ?…qu’à cela ne tienne, il adore la nouvelle épouse ! Ensuite arrivent les enfants ? Super, il adore les enfants et les accueille les uns après les autres sans jalousie et les intègre dans SON « planning familial ». Mais ce caractère exceptionnel demande en retour qu’il soit considéré comme un membre de la famille à part entière. Un chien, certes, à la place d’un chien, mais un vrai membre de la famille qui participe à toutes les activités de la famille.

    Un Labrador s’élève avec le même équilibre entre AMOUR et DISCIPLINE qu’un enfant.

    Il est d’un naturel calme et sociable. On dit de lui qu’il a le « will to please », toujours près à rendre service et à faire plaisir à son maitre. Son fouet bat toujours joyeusement. Il donne l’impression d’un chien d’une infinie douceur. C’est aussi, un chien, qui demeure gai et joueur jusqu’àla fin de sa vie.

    C’est leur aptitude à retrouver le gibier mieux que n’importe quel chien d’arrêt qui a subjugué les premiers observateurs du chien de Saint John, ancêtre du labrador. Les anglais en ont fait un chien destiné à relayer les pointers et autres setters defaillants pour retrouver le gibier introuvable. Cela suppose un chien capable d’observer toute l’action de chasse sans broncher, puis de partir à l’ordre retrouver les pièces manquantes.Le labrador est un Retriever

    Retrouveur et rapporteur de gibier

    Cela exige à la fois un calme olympien et une énergie sans faille.C’est ce qui en fait un chien puissant, flegmatique et silencieux, totalement à l’écoute de son maître, ce que recherchent de nombreux amateurs de chiens de compagnie.

    C’est un chien qui n’aime pas la solitude.

    Pour rester avec son maître, il s’adapte partout et sait se faire « petit » ! C’est vrai que dans son jeune âge, il peut être un peu destructeur si vous le laissez seul trop longtemps (+ de 3/4 heures pas jour) mais comme beaucoup de jeunes chiens.

  7. Apparence et physique

  8. Bon caractère, très agile. Nez excellent ; dent douce ; passion pour l’eau. Compagnon fidèle, capable de s’adapter partout. Intelligent, ardent et docile, il ne demande qu’à faire plaisir. Naturel amical, sans aucune trace d’agressivité ; il ne doit pas non plus se montrer craintif à l’excès.

    TETE

    REGION CRANIENNE :
    Crâne : Large, bien dessiné sans joues épaisses (viandeuses).
    Stop : Marqué.

    REGION FACIALE :
    Truffe : Large, les narines bien développées.
    Museau : Puissant ; il n’est pas en sifflet.
    Mâchoires/dents : Mâchoires de longueur moyenne ; mâchoires et dents fortes et présentant un articulé en ciseaux parfait, régulier et complet, c’est-à-dire que les incisives supérieures recouvrent les inférieures dans un contact étroit et sont implantées bien d’équerre par rapport aux mâchoires.
    Yeux : De dimensions moyennes, exprimant l’intelligence et le bon caractère. De couleur marron ou noisette.
    Oreilles : Ni grandes ni lourdes, elles tombent contre la tête et sont attachées plutôt en arrière.
    COU : Net, puissant et solide, s’insérant dans les épaules bien placées.

    CORPS

    Dos : La ligne du dessus est horizontale.
    Rein : Large, court et fort.
    Poitrine : Bien large et bien descendue avec des côtes en plein cintre.
    QUEUE : Trait distinctif de la race : très épaisse à la naissance s’effilant progressivement vers l’extrémité, de longueur moyenne, dépourvue de frange, mais recouverte complètement d’un poil court, épais, dense qui donne une apparence de rondeur décrite sous le nom de « queue de loutre ». Elle peut être portée gaiement, mais elle ne doit pas se recourber sur le dos.

    MEMBRES

    MEMBRES ANTERIEURS : Les antérieurs ont une bonne ossature et sont droits du coude au sol, qu’ils soient vus de face ou de profil.
    Epaules : Longues et obliques.

    MEMBRES POSTERIEURS : Bien développés, la croupe ne descend pas vers la queue.
    Grasset : Bien angulé.
    Jarret : Bien descendu. Les jarrets de vache sont à proscrire.

    PIEDS : Ronds, compacts ; doigts bien cambrés et coussinets bien développés.

    ALLURES

    Allures dégagées, couvrant bien du terrain. Les membres antérieurs et postérieurs se déplacent dans des plans parallèles à l’axe du corps.

    ROBE

    POIL : Le poil est un trait distinctif du Labrador. Il est court et dense, sans ondulations ni franges ; il donne au toucher l’impression d’être passablement rêche ; le sous-poil est résistant aux intempéries.
    COULEUR : Entièrement noir, jaune ou marron (foie-chocolat). Le jaune va du crème clair au roux (du renard). Une petite tache blanche est admise sur le poitrail.

    DEFAUTS

    Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité et de ses conséquences sur la santé et le bien-être du chien.
    Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d’ordre physique ou comportemental sera disqualifié.

    Remarque

    Les mâles doivent avoir deux testicules d’aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

  9. Santé hygiène et soins

  10. Santé hygiène et soins du Labrador retriever

    Le Labrador retriever

    L’HYGIÈNE ET LE TOILETTAGE

    Un toilettage régulier rendra votre labrador élégant et l’aidera à se sentir en bonne santé. Le toilettage implique le soin du pelage, des oreilles, des yeux, des ongles et des coussinets.
    Vous aurez besoin d’une brosse, d’un peigne en métal, d’un shampoing spécial pour chiens, d’une serviette, d’une solution nettoyante pour les oreilles, d’un coupe ongles et d’une solution tannante pour les coussinets plantaires.
    Avec un peu de pratique, vous et votre chien feront du toilettage une tâche bénigne et qui en vaut la peine.

    LE BAIN

    Dans des circonstances normales, le labrador est un chien autonettoyant qui n’a besoin d’être shampouiné que 2 à 4 fois par an. Cependant, lorsqu’il sent réellement mauvais après avoir pataugé dans une flaque malodorante ou quand il rentre particulièrement sale de promenade, vous saurez que l’heure du bain est arrivée.
    Soyez sûr d’utiliser un shampoing spécial pour chiens, car les produits de toilette pour l’homme peuvent dessécher et irriter la peau, voire provoquer des réactions allergiques spectaculaires. Aspergez tout le corps d’eau tiède mais évitez de mouiller la tête et surtout les oreilles. Faites pénétrer le shampoing dans le pelage, massez doucement, rincez abondamment et séchez. En général il est inutile de shampouiner deux fois. Les chiens adorent se secouer quand ils sont mouillés; alors attention !
    Par contre vous pouvez brosser puis peigner votre labrador régulièrement afin d’éliminer les poils morts et par la même occasion d’activer la circulation sanguine. Votre chien appréciera le massage.

    LES OREILLES

    Contrôlez régulièrement l’état des oreilles de votre labrador : puisque ses oreilles sont tombantes l’air n’y circule pas ce qui les fragilise. Il faut donc les examiner régulièrement afin de s’assurer qu’elles sont propres. Il est conseillé d’utiliser un nettoyant auriculaire aux propriétés antiseptiques de surface, permettant une élimination des débris cutanés ainsi qu’un assèchement du conduit auditif.
    Vous éviterez l’emploi des coton-tiges mais vous appliquerez mensuellement, de façon préventive, quelques gouttes de solution nettoyante dans chaque conduit auditif, puis vous masserez délicatement la base de chaque oreille et enfin vous essuierez l’intérieur de chaque pavillon avec un coton.
    Si votre chien se gratte ou secoue souvent les oreilles, ou les porte trop en arrière, consultez votre vétérinaire.

    LES YEUX

    Pour ôter les impuretés ou les larmes séchées, passez une ou deux fois par semaine un coton imbibé d’une solution oculaire. Chez les labradors jaunes les larmes ont tendance à oxyder les poils et leur donner une coloration rousse. Un nettoyage fréquent atténuera cette oxydation.
    Si vous constatez une inflammation ou un écoulement de pus, consultez votre vétérinaire. Ne mettez jamais un collyre à votre chien car les affections se suivent et ne se ressemblent pas forcément.

    LES PATTES

    Pour couper les ongles de votre chien, utilisez un coupe ongle bien aiguisé, plutôt qu’une paire de ciseaux. Des ongles bien nets éviteront au chien d’avoir les ongles retournés et de se blesser la peau. Coupez les ongles en levant la patte du chien, tenez la fermement et coupez à l’endroit où la partie épaisse se finit en pointe et se recourbe. Attention, couper trop près pourrait irriter la peau ou faire saigner. Il est conseillé de consulter un professionnel avant d’accomplir cette tâche.
    Enfin, quelle que soit l’activité de votre labrador il est conseillé d’appliquer régulièrement sur ses coussinets plantaires une lotion tannante afin d’améliorer leur résistance à l’usure et d’entretenir la souplesse de la couche cornée. Vous maintiendrez l’extrémité de la patte et tamponnerez les coussinets sur toute leur surface, puis vous éviterez que le chien ne se lèche les pattes pendant les instants qui suivent l’application. Le rythme d’administration sera d’une application par semaine pour un chien normalement actif, et de deux à trois applications par semaine pour les chiens à grande activité (saison de chasse, agility, chiens de secours en mission,…) ou pour les chiens présentant une fragilité des coussinets plantaires.

    LA SANTÉ
    Les chiens n’ont pas les même données physiologiques que les humains : leur température corporelle est plus élevée (38 à 39°C), leur pouls est supérieur.
    Le meilleur traitement est la prévention. Observez régulièrement votre labrador pour détecter les symptômes rapidement.
    Le vétérinaire sera un précieux conseiller. Son choix est une question de goût, il est important que les relations qui vous lient soient fondées sur la confiance et la sympathie. Vous aurez soin de conserver son numéro de téléphone toujours sur vous, en cas d’urgence.
    Le chien n’est pas à l’abri des maladies, les principales d’entre elles étant :

    la maladie de Carré, maladie infectieuse provoquée par un virus, qui peut se transmettre sans contact direct
    l’hépatite infectieuse
    la leptospirose, véhiculée par les rats
    la parvovirose, gastro-entérite hémorragique d’origine virale
    la piroplasmose, transmise par la tique
    la rage qui atteint le système nerveux central

    Le diagnostic de ces affections virales n’est pas toujours aisé pour le vétérinaire ou intervient parfois trop tard. L’issue est alors le décès du chien, d’où l’importance de la vaccination.
    Mais l’homme, par sa grande négligence peut, souvent inconsciemment, mettre en danger le chien : empoisonnement, accident de voiture, coup de chaleur,… ne sont que des exemples parmi autant d’autres !
    Même si votre labrador a peu de chances d’y être confronté on peut citer les principales maladies héréditaires :

    la dysplasie de la hanche, anomalie de l’articulation de la hanche
    l’atrophie progressive rétinienne
    l’ostéochondrite dissécante, lésion cartilagineuse de l’épaule ou du genou

    Le labrador est censé être un chien rustique et résistant, mais sa vie sera ponctuée de petits bobos, de petits accidents sans gravité, que vous pourrez soigner vous-même. Commencez donc par surveiller donc les oreilles, les yeux, les coussinets, mais surtout le poil qui est le reflet de la santé du chien, guettez aussi les changements dans le comportement, … et consultez régulièrement le vétérinaire.

  11. Alimentation

  12. Le Labrador retriever

    Le Labrador retriever

    L’alimentation du labrador aux différents âges.

    Un chiot de deux mois doit manger trois fois par jour: le petit déjeuner et le dîner seront les repas les plus complets, tandis que le repas de midi peut être un casse croûte plus léger (par exemple du fromage ou du yaourt). Il ne faut pas faire attention qu’à la quantité (qu’il faudrait toujours déterminer par rapport au poid et aux conditions générales du chien), mais aussi à la qualité de la nourriture. Rappelons nous que le labrador doit toujours être « rondelet », car il doit posséder une couche de gras sous la peau qui doit lui permettre de rester dans l’eau même longtemps sans avoir froid. Cela ne veut pas dire qu’il doit devenir obèse. Il est important d’établir le régime idéal avec l’éleveur ou bien avec un vétérinaire.
    Le jeune chien mange beaucoup plus que l’adulte. Il est en phase de croissance et il a donc des besoins alimentaires considérables. Les repas, à partir de cinq mois, peuvent être au nombre de deux. Pour le jeune chien un bon apport en graisses est particulièrement important.
    L’alimentation de l’adulte variera selon l’activité quotidienne du chien.

    Des habitudes régulières.

    Après avoir donné au chiot son écuelle, retirons la lui après 10 mn, indépendamment du fait qu’il aura terminé ou pas. Cette règle stricte va aider le chiot à acquérir des habitudes alimentaires régulières, et elle est donc avantageuse pour la santé du chiot. Cette méthode nous aide aussi à comprendre si les doses de nourritures sont excessives.
    La nourriture qui reste peut être concervée dans le réfrigérateur jusqu’au repas suivant (mais il faudra la donner à température ambiante). La nourriture de la veille doit toujours être jetée.

    La nourriture « faite maison ».

    Un repas préparé à la maison devra contenir des protéines et des glucides. Les protéines de la viande peuvent être remplacées, une ou deux fois par semaine, par celles du poisson, des oeufs ou du fromage (maigre, si possible). Le labrador a aussi besoin d’un bon apport de graisses (c’est très bien d’assaisonner ses repas avec de l’huile d’olive).

    Les aliments secs.

    Les aliments de type << premium >> ayant un contenu élevé de protéines (plus de 25 %) sont indiqués seulement pour les chiens qui ont une grande activité physique (rapport, nage, chasse) et pour les femelles en allaitement.

    Les aliments de type << regular >> ou << standard >> (teneur en protéines de 22 % à 25 %) sont pour le chien qui à une activité physique moyenne. Il faut considérer comme telle l’activité d’un chien libre dans le jardin toute la journée. Même si nous le voyons courir, il ne fait jamais de gros efforts physiques.

    Les aliments de type << light >>, à basse teneur en protéines (inférieure à 22 %) sont indiqués pour le chien agé ou pour le chien jeune sédentaire. Il ne faut jamais en donner aux jeunes chiens en croissance (même si sédentaires) car ils pourraient provoquer des carences dans le développement musculaire du chien.

    Les croquettes et les biscuits gros et durs aident à développer les mâchoires et à combattre le tartre.

    Les petits biscuits peuvent être utilisés comme récompense pendant le dressage. Il s’agit toujours de nourriture et donc, si nous en donnons beaucoup pendant le travail, il faudra diminuer légèrement la ration du repas suivant.

    Des os pour ses dents.

    Les os en peau de buffle ou en d’autres matériaux comestibles très dur ont la même fonction que les biscuits dur, mais ils durent plus longtemps et ils remplissent aussi la tâche de garder le chien occupé (ils sont excellents, par exemple pour habituer le chien aux premières absences de son maître).

    Les aliments interdits.

    Les restes de notre table sont absolument interdits (presque toujours trop gras même pour un labrador), surtout s’ils contiennent des aliments épicés. Les desserts aussi sont absolument interdits. Ils sont mauvais pour nous, mais encore plus pour notre chien. Le chocolat est extrêmement dangereux: 300 ou 400 g peuvent même tuer un chiot

  13. Education et dressage
  14. Education et dressage du Labrador retriever

    Le Labrador retriever

    Le dressage du labrador est une véritable partie de plaisir pour peu qu’on s’en donne la peine. C’est n’est d’ailleurs pas pour rien que le labrador figure parmi les chiens les plus appréciés en France, en Belgique ou même au Québec. En effet, le labrador est un chien à la fois sociable et très intelligent. Et si le chien est le meilleur ami de l’homme, le labrador en est probablement l’un de ses plus dignes représentants.

    Voilà un chien qui prendra son dressage à cœur! Ce sera particulièrement le cas si vous combinez un tant soit peu le dressage de votre chien avec et le jeu. Il s’agit en effet d’un animal très attentif et dont la curiosité pourra être mise à profit lors de jeux. Si vous lui lancez le bâton, soyez certain qu’il ne reviendra pas avant de l’avoir trouvé. à moyen terme, ces alternances entre les périodes de jeu et les séances de dressage canin se révéleront des plus profitables.

    N’hésitez pas à l’amuser et vous verrez alors votre labrador, faire preuve de progrès étonnants en seulement quelques semaines. Particulièrement soumis, le labrador sera très réceptif aux encouragements que vous lui prodiguerez. Ne manquez donc pas de le féliciter pour chacune de ses bonnes actions, car le renforcement positif ne fonctionne jamais mieux qu’avec un labrador. Ainsi, le dressage de votre labrador n’en sera que plus rapide.

    L’éducation de ce chien doit être accompli de manière à canaliser le trop-plein qu’il peut éprouver en bas âge. Tout comme certaines autres races de chiens, le labrador a un besoin de se dépenser. Il faut donc être ferme lors du dressage de ce chien, mais sans oublier de lui prodiguer des périodes de récréation. C’est pourquoi vous pouvez sauter une leçon de dressage, mais pas une sortie. En effet s’il sait qu’il va pouvoir aller se changer les idées avec vous régulièrement, ce chien ne verra bientôt plus la différence entre le jeu et le dressage et c’est ainsi que vous obtiendrez les meilleurs résultats.

    Fidèle, le labrador s’avère aussi dans la plupart des cas courageux, patient et intelligent. Ce sont particulièrement ces qualités qui lui permettent d’être dressé pour remplir le rôle de chien-guide pour aveugles. Sa patience et sa loyauté font également de lui un excellent compagnon pour les enfants. Apprenez à ceux-ci comment lui prodiguer des caresses et votre labrador sera le plus heureux des chiens. Notez par conséquent que si le labrador est un chien des plus sociables, à l’inverse, il n’aime pas vraiment la solitude.

    Bien que la maison soit préférable, l’appartement n’est pas pour autant à proscrire. Si votre chien n’a pas accès à la cour, il doit être en mesure d’aller se balader avec vous ou idéalement de se promener dans un parc ou même en forêt. La baignade est aussi l’une de ses activités favorites.

    De l’amour et de l’exercice feront de lui un chien comblé!

    Le dressage de votre chien : cinq ordres de base

    Dans la section qui suit vous apprendrez comment faire en sorte que votre chien obéisse à des ordres de base comme s’asseoir ou se coucher, quand vous lui demandez. Si le dressage de chaque chien nécessite une période plus ou moins longue, on peut considérer que la leçon aura bien été apprise lorsque le chien obéit à l’ordre donné dans les cinq secondes qui suivent, et ce, 19 fois sur 20. Tout résultat inférieur à ceci nécessitera des leçons supplémentaires. Cela dit, on il faut savoir se montrer patient, spécialement avec un chiot.
    Dans tous les cas, chaque progrès doit être abondamment encouragé et chaque réussite félicitée. Ne ménagez pas les « bravo », les « bon chien » et les caresses.

    Ordre numéro 1 : Venir

    La première leçon que votre chien doit apprendre, c’est de venir quand vous l’appeler. De cette leçon dépendent toutes les autres. Il s’agit d’une simple question d’obéissance. Si votre chien refuse de venir vous voir, vous aurez bien du mal à lui apprendre tout le reste.
    Installez-vous dans une pièce fermée et laissez votre chien s’y promener sans vous en occuper. Une fois que ce dernier semble être à l’aise, appelez-le en prononçant son nom suivi du mot « viens ». Par exemple « Milou, viens ». S’il ne vient pas, il est essentiel de continuer à l’appeler. Au moment où il s’amènera félicitez-le en le caressant comme s’il s’agissait de la première fois que l’appeliez. N’oubliez pas que votre chien ne pas une mémoire très longue. Ainsi, si vous le félicitez d’être venu il associera votre ordre aux caresses, peu importe qu’il s’agisse de la troisième ou de la 23e fois que vous l’appelez. Une fois réussie vous devez vous éloigner de lui et recommencer. Ne restez pas dans le même coin de la pièce, car votre chien pourrait associer l’endroit aux caresses plutôt que sa réaction à un ordre donné.

    Ordre numéro 2 : S’asseoir

    La seconde leçon que votre chien doit apprendre, c’est de s’asseoir quand vous lui ordonnez. De cette leçon dépend la prochaine : se coucher.
    Tenez votre chien en laisse et agenouillez-vous devant lui. Placez votre main sur le bassin de votre chien puis tirez légèrement sur la laisse en prononçant son nom suivi du mot « assis ». Par exemple « Milou, assis ». En exerçant une petite pression sur son bassin, votre chien devinera qu’il doit s’asseoir. Il est important de garder un contact visuel avec votre chien durant cet exercice. Dès qu’il réussit une première fois, empressez-vous de le féliciter. Une fois qu’il a accompli cet exercice à plusieurs reprises, recommencez-le en demeurant debout et sans lui toucher le bassin. Puis sans le tenir en laisse. Votre chien apprendra graduellement à s’asseoir, peu importe qu’il soit tenu en laisse ou non.

    Ordre numéro 3 : Se coucher

    Avant de lui apprendre à se coucher, votre chien doit s’asseoir à votre commande 19 fois sur 20. Il est grandement déconseillé de lui enseigner avant d’avoir obtenu ces résultats, car pour le chien, se coucher sera la seconde étape d’une leçon apprise. Pour lui montrer, agenouillez-vous devant lui puis demandez-lui de s’asseoir. Une fois qu’il est assis, dites « couché » en lui prenant les pattes de devant et en les tirant tranquillement vers le sol. Encore une fois, le contact visuel avec votre chien est primordial. Il doit avoir confiance en vous, son maître, pour abandonner son équilibre. Cet exercice est particulièrement difficile, mais vous devez ne le féliciter que s’il y réussit convenablement. C’est de loin l’exercice qui vous demandera de plus de temps.

    Ordre numéro 4 : Au pied

    Votre chien doit également apprendre à marcher convenablement à vos côtés. Tenez votre chien en laisse et allez vous promener avec lui. Au bout de quelques pas, raccourcissez sa laisse afin que sa tête soit près de votre jambe. Dès qu’il marche près de vous, donnez lui un peu de jeu. S’il en profite pour prendre de l’avance ou du recul, donnez un petit coup sur la laisse en disant « au pied ». Avec le temps, votre chien apprendra à s’arrêter, à repartir ou à tourner quand vous le faites. évidemment, tout ça nécessitera du temps, mais comme vous le tenez en laisse il est évidemment possible d’aller vous balader avec votre chien avant qu’il ait maîtrisé cette leçon.

    Ordre numéro 5 : Rester

    « Rester » est de loin l’ordre le plus difficile à respecter pour votre chien, car il va à l’encontre de tous ses instincts. C’est pourquoi il vous faudra vous assurer que votre chien a bien appris les leçons précédentes avant de vous lancer dans celle-ci. Ce n’est pas tellement une question d’étape, mais plutôt une question d’obéissance.
    Pour ce faire, demandez à votre chien de s’asseoir. Une fois cela fait, pointez du doigt en lui ordonnant : « reste ». Puis, tournez autour de lui. S’il se lève pour vous suivre, revenez vous placer devant lui et recommencez. Une fois que vous pouvez tourner autour de lui sans qu’il se lève, essayez de vous éloigner sans le regarder. Si vous l’entendez se lever, répétez « reste » et votre chien s’assoira peut-être de lui-même. Si ce n’est pas le cas, revenez vers lui et recommencez. Si vous êtes capables de vous éloigner de votre chien d’une dizaine de pas sans qu’ils se lèvent pour suivre, félicitez-le chaleureusement!

  15. Liens internes sur les chiens

  16. La vaccination du chien
    Les maladies canines
    LOF ou le Livre des Origines Français

  17. Livres sur le Labrador

  18. Le Labrador de Valeria Rossi
    Le labrador de Luisa Ginoulhiac
    Je l’aime mon labrador ! : Tout ce que je dois savoir pour le rendre heureux de De Vecchi
    Le labrador de V. (Valeria) Rossi
    Le labrador de Gérard Sasias
    Labrador de Pascale Pibot
    Le Labrador de Collectif
    Le labrador de Emmanuelle Dal Secco
    Le Labrador de Gérard Sasias
    Encyclopédie du Labrador Volume 1 de Dominique Grandjean

  19. Liens externes sur le Labrador

  20. Labrador retriever – Wikipédia
    Retriever du labrador : Informations et conseils
    Labrador Retriever – Fiche race – Woopets
    L’alimentation du labrador
    Dressage chien : dressage labrador

Laisser une réponse

Il faut être enregistré pour poster un commentaire.