Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | Connexion

Le Maine Coon

Le Maine Coon

Le Maine Coon

Le Maine Coon est un félin robuste. Honoré du titre de Chat Officiel de l’Etat du Maine (USA) dont il est originaire, ses admirateurs se trouvent aujourd’hui dans le monde entier. Son pelage long et abondant, ses plumets au sommet des oreilles le rendent instantanément reconnaissable, tout comme sa queue fournie et sa haute stature. Le Maine Coon est un vrai chat d’extérieur, aventureux et intrépide ; il sait pourtant se montrer un compagnon affectueux et affable.
C’est chat le plus grand du monde. Il peut atteindre 115 centimètres de long et peser plus de 13 kg. Sa musculature est impressionnante, son menton et son museau carrés évoquent les grands félins, son look sauvage inimitable, son pelage mi-long, son élégante queue de raton laveur (Racoon in English), ses oreilles ornées des fameux « tips » (Plumets in French) donnent au plus majestueux des petits félins son indiscutable noblesse. Son caractère sociable, sa force tranquille, ses dons de grimpeur agile et puissant, ses câlins interminables font du lynx de la maison un chat de race agréable à vivre, et nous rappelle à la Nature, si sévérement oubliée de nos jours.

  1. Origine et histoire

    Origines

    Le Maine Coon

    Le Maine Coon

    La légende veut que le maine coon soit issu d’un croisement avec un raton laveur.
    Le maine coon est probablement l’une des plus anciennes races naturelles nord-américaine. Plusieurs légendes décrivent les origines de la race. La plus répandue raconte que le maine coon est le fruit d’un croisement entre des chats et des ratons laveurs (raccoon en anglais), ce qui expliquerait leur couleur (la plus répandue est le brown tabby, c’est-à-dire tigré brun) et leur queue très touffue. Bien sûr, il est génétiquement impossible de réaliser un tel croisement mais la race garde de cette légende son nom.
    La deuxième avance que le maine coon est un descendant des six chats angoras envoyés par Marie-Antoinette d’Autriche alors qu’elle préparait sa fuite pour échapper à la Révolution française. Ces angoras auraient été amenés sur le bateau Sally du capitaine Samuel Clough de Wiscasset avec les autres effets personnels de la reine. Les angoras se seraient ensuite mêlés aux chats de ferme locaux pour donner naissance au maine coon.
    Une autre théorie avance que la race s’est développée à partir de croisements entre des chats de ferme locaux et d’autres chats à poils longs ou mi-longs importés d’abord par les Vikings aux alentours de l’an 1000. Le maine coon descendrait alors du chat des forêts norvégiennes, ce qui expliquerait leur ressemblance. Cette hypothèse est appuyée par la ressemblance entre turc de van, sibériens, norvégiens et enfin maine coons dont les origines géographiques correspondent aux déplacements des Vikings. Cette ressemblance avec le norvégien peut aussi s’expliquer par le fait que le climat hivernal de la Nouvelle-Angleterre et de la Norvège sont identiques et auraient donc conduits à sélectionner les mêmes spécificités physiques.
    Au XIXe siècle, Mme Pierce, une des premières propriétaires de maine coon a également émis l’hypothèse que ces chats étaient arrivés sur les côtes du Maine par la mer, mais pas grâce aux Vikings, plutôt par les riches familles du Maine qui possédaient alors de luxueux bateaux et voyageaient beaucoup. Ils auraient ramenés de leurs expéditions de nombreux animaux de compagnie exotiques, notamment pour amuser les enfants. La deuxième hypothèse de Mme Pierce était que des chats angoras furent embarqués à bord des bateaux marchands pour chasser les rats. Dans les deux cas, ils auraient débarqués sur la côte Est et se seraient mélangés aux chats locaux à poils courts.
    Une autre possibilité est qu’ils aient été importés par les immigrants européens et aient su s’adapter aux conditions de vie et au climat difficile de la région.

    Développement de la race

    Le Maine Coon

    Le Maine Coon

    En 1860, les fermiers du Maine, très fiers de leurs chats organisaient leurs propres expositions pour élire le champion. Le premier maine coon cité dans la littérature est un mâle noir et blanc nommé Captain Jencks qui appartenait à Mme Pierce. Cela remonte à 1861. Un peu plus tard, en 1895, ce chat de grande taille fit sensation au Madison Square Garden lors des premières expositions officielles des États-Unis et c’est d’ailleurs une femelle maine coon nommée Cosey qui remporta le concours. En 1897, une douzaine de maine coons participaient à une exposition à Boston. Au début du XXe siècle, la popularité de la race dépasse la Côte Est et atteint la Côte Ouest des États-Unis, puis tombe peu à peu dans l’oubli puisque jusqu’en 1950 la mode est aux persans et aux siamois, laissant de côté le géant américain. À la fin des années 1940, la race maine coon est déclarée un peu vite disparue. La popularité de la race s’accroît à nouveau lorsque deux éleveurs fondent le Central maine coon cat club en 1953. Trois ans plus tard, ce club écrit également le premier standard de la race. Les efforts paient puisqu’en 1960, la race a retrouvé sa popularité d’antan.
    Le maine coon est officiellement reconnu depuis 1967 par l’American Cat Fanciers Association (ACFA) et la Canadian cat association (CCA). La (Cat Fancier Association CFA) tarde à reconnaître la race qu’elle refuse à plusieurs reprises entre 1969 et 1972. Il faut attendre 1973 pour que la fédération reconnaisse la race de façon provisoire et 1976 pour une reconnaissance définitive. Entre temps, en 1972, les différents standards existants sont harmonisés au niveau national.
    L’importation du maine coon en France date de 1981, mais la race ne prend son essor qu’au début des années 1990 et c’est également à cette époque que l’Allemagne la découvre. La Fédération internationale féline (FIFé) reconnaît la race en 1983 et le Governing Council of the Cat Fancy (GCCF) en 1986.

    Popularité

    Le Maine Coon

    Le Maine Coon

    À l’heure actuelle le maine coon est très populaire. En 1988 en Angleterre, il était déjà dans les dix premières races avec 308 chats enregistrés. En 2008, il était à la septième place des races les plus populaires, toujours selon le GCCF et, contrairement à d’autres, il y reste depuis 15 ans. Au vu de l’augmentation du nombre total de chats de race, le nombre de maine coon a doublé pour qu’il puisse garder cette septième place.
    Aux États-Unis, son pays d’origine, le maine coon se maintient à la deuxième place des chats de race préférés des américains depuis plusieurs années, et est officiellement la mascotte du Maine depuis 1985. En 2008, il représente la troisième race en terme de naissances enregistrées par la CFA.
    En France, il occupait entre 2003 et 2008 le quatrième rang avec plus de 2 000 pedigrees enregistrés, soit une augmentation de 97 % par rapport à 2003. Depuis 2008, il est troisième au classement des chats de race au LOOF et a devancé le chartreux.
  2. Fiche

    Le Maine Coon

    Le Maine Coon

    Autre nom : Le mot « Coon » n’aurait été utilisé qu’au 20ème siècle. Les Maine Coons auraient été aussi appelés les Maine Shags, traduit par les poilus du Maine et quelquefois les Snugheads signifiant les bonnes bouilles. On trouve comme surnoms pour le Maine Coon le c
    Origine : Etats-Unis
    Poids : 4 à 9 Kg
    Taille : 35 à 45 Cm
    Longévité : 15 à 20 ans
    Morphologie : Ossature lourde et dense, tête de taille moyenne, pattes moyennement hautes et solides.
    Robes : Colorpoint, chocolat, cinnamon, lilas et fawn ne son autorisées dans aucun standard. Les plus courantes : tabby, unicolore, écaille de tortue, silver, smoke, particolore.
    Poil : Fourrure volumineuse, sous-poil fin.
    Entretien : Brossage hebdomadaire. Plus régulier en période de mue.
    Nourriture : Croquettes industrielles de qualité. A doser en fonction de l’âge et de l’activité du chat.
    Caractère : Doux, sociable, calme, doux, affectueux, bavard, très présent, câlin, fidèle, proche de son maître.
    Pathologies : Le Maine Coon est à la base un chat de ferme. C’est donc un félin à la santé robuste.
    Population : Le Maine Coon fait partie des cinq premières races de chat en France. Il est devenu très à la mode.
    Prix moyen : 850€
  3. Caractère et comportement

    Les Maine Coons sont intelligents, rusés, malins, affectueux, casaniers. En peu de mots, ils sont des chats sans complications, amicaux et dotés d’un bon caractère. En règle générale, ils s’entendent très bien avec les autres chats et, dans la mesure où ils ont été présentés jeunes, ne posent pas de problèmes avec les chiens. Ils sont extrêmement attirés par les adultes et les enfants. La vie de famille dans notre chatterie rend nos chatons particulièrement sociables. Ils sont très adaptables et se sentent aussi bien à la campagne que dans un appartement en ville. Si vous voulez avoir un Maine Coon en appartement, ce qui est bien possible, vous devez vérifier que le chat ait de l’espace et toutes les possibilités de jouer afin de ne pas s’ennuyer. Toutefois, le mieux pour lui comme pour vous serait d’avoir un petit compagnon; c’est-à-dire que vous ayez 2 chats.

    Ne pouvant pas atteindre votre visage, le matin votre Maine Coon vous salue en se frottant contre vos jambes, vous marquant ainsi de son odeur et prenant la vôtre. Une fois éloigné, il se lèche le pelage pour l’enlever et retrouver la sienne.

    Les Maine Coons sont des chats sains et vigoureux, capables de supporter même des climats froids. Ils s’adaptent très facilement. Si vous voulez avoir un Maine Coon en appartement, ce qui est bien possible, vous devez vérifier que le chat ait de l’espace et toutes les possibilités de jouer afin de ne pas s’ennuyer. Toutefois, le mieux pour lui comme pour vous serait d’avoir un petit compagnon; c’est-à-dire que vous ayez 2 chats.

    Les chatons Maine Coons, très joueurs et très curieux, ne changent pas de comportement en vieillissant. Si le Maine Coon aime faire une bonne partie de jeu et s’agite comme un fou, il connaît aussi des moments de calme absolu et de paresse qu’il passera roulé en boule sur vos genoux. La plupart de ces animaux aiment les caresses et les cajoleries, et considéreront le toilettage comme un agréable entracte dans leur existence quotidienne. Le Maine Coon n’est pas bruyant, mais sait bien donner de la voix pour demander quelque chose.

  4. Apparence et physique

    Corps

    Le Maine Coon

    Le Maine Coon

    Le corps du maine coon est long et rectangulaire avec une large poitrine et une musculature puissante. La silhouette générale doit cependant rester équilibrée et sans exagérations. Ce félin est l’une des plus grandes races de chats au monde. En 2006, le record du plus long chat au monde (121,9 cm) est détenu par un maine coon nommé Léo. Ce record a été battu par un autre maine coon nommé Stewie. Il pèse en moyenne de 6 à 10 kg. Bien qu’on ait vu des maine coon pesant jusqu’à 20 kg, les mâles sont plus imposants (de 7 à 10 kg) que les femelles (de 4 à 6 kg), soit environ le double des chats de gouttière. Pour arriver à un tel poids, leur croissance est lente et dure plusieurs années (entre trois et cinq ans).
    Les pattes sont solides, puissamment musclées et d’une longueur moyenne, accentuant l’apparence rectangulaire de la silhouette. Entre les pattes avant, le poitrail doit être large. Les pieds sont grands et ronds. La polydactylie, pourtant présente naturellement chez certains des chats fondateurs de la race, n’est pas reconnue par le LOOF et le standard français précise qu’un maine coon doit posséder cinq doigts à l’avant et quatre à l’arrière. Un nombre de doigts supérieur est considéré comme un défaut grave et éliminatoire en exposition. Les associations américaines et canadiennes acceptent ce trait où il est même particulièrement recherché. Il faut également noter une importante présence de touffes de poils entre les doigts, sans cela des pénalités sont accordées.
    La queue est longue, repliée sur le dos, elle doit atteindre l’omoplate. Son diamètre est large à la base et la queue se termine en pointe. Elle doit être bien fournie de poils longs formant des mèches.

    Tête

    La tête est de taille moyenne avec des pommettes saillantes. Vu de profil, le nez est légèrement courbé sans pour autant être marqué par un stop, par contre une petite bosse au bout du nez est tolérée, trop proéminente, elle est considérée comme un défaut. Le museau est fort et carré, ce qui en fait un trait caractéristique de la race. S’il est trop court, trop rond ou pointu, ceci est considéré comme un défaut pénalisant en exposition. Les yeux sont grands, ovales et placés en oblique bien espacés l’un de l’autre sur la tête. Lorsqu’un maine coon est attentif à quelque chose, les yeux peuvent paraitre plutôt ronds. Les couleurs acceptées sont le jaune, le cuivre, le vert et le doré dans toutes leurs nuances et sans forcément de relation avec la couleur de la robe. Les yeux vairons sont acceptés uniquement chez les maine coons blancs.
    Les oreilles sont grandes et larges à la base, portées haut sur la tête. On doit pouvoir compter une largeur de base d’oreille entre les deux oreilles. Elles ne sont que modérément pointues mais des touffes de poils à leurs extrémités (plumets) sont très recherchées et souhaitables. Les mâles adultes présentent une évolution caractérisée par un élargissement de la tête qui fait paraître les oreilles plus petites et plus basses.

    Robe et fourrure

    La fourrure, de longueur inégale sur le dos et les flancs, est toutefois mi-longue, elle offre une bonne protection naturelle. Une fourrure dont la longueur est d’égale longueur sur tout le corps est un défaut. Une collerette sous la gorge et une culotte sont appréciés. La texture est soyeuse et le sous-poil fin mais la fourrure doit toutefois faire le plus naturel possible. Toutes les robes traditionnelles (sauf le ticked tabby et le colourpoint) sont acceptées dans toutes les couleurs sauf le chocolat, le lila, le cannelle (cinnamon) et le faon (fawn).
    Toutefois, les robes les plus recherchées sont le brown blotched tabby (brun marbré) et le brown mackerel tabby (brun tigré), avec ou sans taches blanches ; viennent ensuite les robes avec la couleur silver. Dans les robes uniformes on retrouve plus particulièrement des maine coon noirs, bleus ou plus rarement blancs.

  5. Santé Hygiène et Soins

    Cette race est sujette à de nombreuses maladies en raison de l’importante consanguinité.

    Cardiomyopathie Hypertropique féline

    C’est une race plus prédisposée que les autres à la cardiomyopathie hypertrophique féline (HCM).
    Chez le maine coon, cette maladie se transmet dans la plupart des cas sur un mode autosomique dominant, au travers d’une mutation du gène MYBPC de forme HMC1, qui est propre à la race et qui a fait l’objet d’un test ADN spécifique. La mobilisation des éleveurs de maine coon contre cette maladie et leur collaboration avec les laboratoires en cardiologie aura permis la mise en œuvre de ce test ADN dont l’objectif à court terme est d’éradiquer cette forme de cardiomyopathie propre au maine coon et qui représente 70% des cas connus dans la race. Il faut toutefois souligner que ce test ADN n’a pas valeur suffisante pour affirmer qu’un maine coon soit exempt de cardiomyopathie et ne reste qu’un outil pour l’éleveur : le suivi échographie avec Doppler couleur et DTI demeure absolument indispensable dans le suivi des reproducteurs.

    Dysplasie des hanches

    La dysplasie des hanches peut également toucher le maine coon. Cette maladie héréditaire se caractérise par une malformation des articulations des hanches. La dyplasie entraîne des lésions douloureuses de l’articulation pouvant mener à de l’arthrose.
    On ne dispose pas de beaucoup d’études à ce sujet, mais il semblerait que la race soit particulièrement touchée, jusqu’à 20 % pour l’Orthopedic Fondation for animals américaine. Le premier cas de dyplasie chez le chat a été diagnostiqué en 1974 et il n’est pas exclu que la sélection à outrance de gros gabarit au fil des années ait mené à l’apparition de plus en plus fréquente de cas de dysplasie, comme cela fut le cas ces dernières décennies dans beaucoup de grandes races de chiens. La malformation se développerait chez le chaton dès l’âge de six mois et dans 72 % des cas elle est bilatérale. Il semblerait qu’elle soit héréditaire à déterminisme polygénique et qu’elle soit également influencée par l’environnement du chat (obésité et activité physique intense notamment).
    Un dépistage par radiographie peut être réalisé dès les deux ans du chat. L’examen est cependant assez lourd puisqu’il est effectué sous anesthésie générale, membres attachés en extension.
    Il n’existe aucun traitement pour cette maladie, mis à part une chirurgie consistant à retirer la partie malformée du fémur. Un traitement médicamenteux peut être administré pour freiner les dégâts provoqués au cartilage ou pour soulager temporairement l’inflammation.

    Autres maladies

    Bien que moins présente que chez le persan, la polykystose rénale (PKD) se transmet par gène autosomique dominant chez le maine coon. Le test de dépistage se fait par échographie, en même temps que le dépistage du HCM. Il existe également un test ADN spécifique à la race, qui détecte les mutations du gène PKD1, responsable de la maladie. Chez le maine coon on soupçonne également une forme de la polykystose rénale causée par une mutation du gène PKD2 mais les recherches ne permettent pas encore de l’affirmer complètement.
    La race peut également être atteinte d’atrophie musculaire spinale (SMA). Cette maladie cause la dégénérescence des neurones commandant les muscles. Elle se transmet génétiquement sur un mode autosomique récessif. Là aussi, il existe un test de dépistage ADN afin de détecter les mutations du gène LIX1, responsable de la maladie.

  6. Alimentation

    Le maine coon comme tous les chats est carnivore.
    Une alimentation équilibrée est composée de viande, poisson, de protéines animales (taurine et arginine) et de lipides (graisses). L’apport en liquide doit être suffisant sans être trop riche pour ne pas faire grossir votre chat.
    Ne donnez jamais de sucreries à votre chat car elles sont mauvaises pour sa santé.

    L’idéal pour votre chat serait de lui préparer des repas composés de 50% de viande fraîche et de poisson ou foie, 20% de riz ou de pâtes, 20% de carottes et 10% d’huile de levures et de sels mineraux. Cette recette est certes idéales pour la santé de votre chat mais elle demande un temps de préparation qui en freinera plus d’un !

    Un chaton âgé de 3 mois doit avoir de l’eau fraîche en permanence, JAMAIS DE LAIT.
    Vous pouvez lui laisser à disposition des croquettes choisies parmi les meilleures marques, spéciales chatons (que l’on trouve chez les vétérinaires, les toiletteurs, les animaleries, les jardineries) :
    Hill’s
    Royal Canin
    Pro Plan
    Iams
    Techni-cal
    Whiskas

    Un chaton peut faire plusieurs repas dans la journée ou grignoter des croquettes à son rythme toute la journée et même la nuit, sans problème. Toutefois, si les selles sont molles, voire liquides, votre premier réflexe sera de rationner la nourriture : petites quantités espacées.

    Si vous êtes résolument anti-croquettes, vous pouvez lui préparer ses repas, en respectant les proportions suivantes :
    2/3 de volaille crue ou cuite, ou poisson cuit, ou steak hâché cru
    1/2 de riz très très cuit, ou des flocons d’alifloc + un peu (très peu) de légumes verts
    + des vitamines pour chatons : PET-PHOS* ou FELICALCION* ou TONIVIT* pour équilibrer la ration
    + 1 cuillère à café d’huile végétale de première pression à froid.
    *vous trouverez ces produits chez votre vétérinaire, vous pouvez également les commander chez votre pharmacien.

    A savoir : la quantité par jour de viande à donner est d’environ 40 grammes par kilo de poids vif d’animal en période de croissance, diminuer ensuite.

    Le chaton prend des habitudes alimentaires tout petit, il sera très difficile, voire impossible de modifier ensuite le type d’alimentation, notamment de lui faire accepter les légumes ou de passer des croquettes aux boîtes et vice versa.
    Les chatons qui naissent chez nous sont habitués à plusieurs types de croquettes et également à manger de la viande blanche et des boîtes.

    Il y a souvent des réactions intestinales dues aux changements, il y a un équilibre à trouver et il n’y a rien d’évident. Tout aliment nouveau doit être donné en petites quantités, par paliers sur une semaine minimum.
    Lorsque vous achetez un chaton, il est vivement conseillé de ne pas changer son alimentation lorsqu’il arrive chez vous, mais d’attendre 1 à 2 semaines puis de changer progressivement.

  7. Education et dressage

    Le maine coon n’est pas un chat difficile à dresser. Il aime être compris (en produisant divers sons, chacun correspondant à une demande précise)…est fait un effort en retour pour vous comprendre. Le moindre haussement de ton et l’histoire est réglée. Néanmoins il doit en exister des plus bornés que d’autres et le truc, c’est un coup de pulvérisateur à eau en cas de très grosses bêtises suivi d’un ‘NON’ d’une voix forte. Cela suffira pour lui apprendre toutes les règles de la maison (surtout ne le frappez pas car vous en ferez un chat anxieux et peut-être agressif).
    Pour plus d’informations voir Éducation et Dressage du chat dans la fiche du Chat

  8. Liens Internes

    Alimentation du chat
    Santé Hygiène et Soins du chat
    Education et Dressage du chat
    Loof – Livre officiel des origines félines

  9. Livres sur le Maine Coon

    Le Maine Coon de Philippe Noël
    Le Maine Coon de Martine Allain
    Maine coon de Noël/Philippe
    Le chat Maine Coon de Martine Allain
    Le Maine coon de Philippe Noël
    Le Maine Coon de Tracey-K Hayman

  10. Liens externes sur le Maine Coon

    Maine coon – Wikipédia
    Maine Coon – Fiche race – Woopets
    Felinderace Maine Coon: Infos sur le chat de race Maine Coon

Laisser une réponse

Il faut être enregistré pour poster un commentaire.