Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | Connexion

Le Rottweiler

Origine et histoire du Rottweiler

Le Rottweiler

Le Rottweiler est initialement un chien de bouvier, à la silhouette taillée dans le roc. Considéré comme l’un des meilleurs chiens de garde qui soit, ses réactions sont foudroyantes : cela fait de lui un animal au caractère dominant mais qui, à condition d’être entre de bonnes mains, est facilement dressable, obéissant et fortement attaché à son maître et à sa famille.
Un œil vif, un poil lisse et noir, une corpulence impressionnante, voici quelques-unes des caractéristiques les plus connues du Rottweiler. Mais le portrait ne pourrait être complet sans mentionner la robustesse, la patience, la fidélité de ce chien de troupeau et de garde. Parmi les autres traits de caractère du Rottweiler, citons encore son attachement à son environnement ainsi que sa propension à la vigilance et à la défense. Ses qualités de loyauté et d’obéissance, associées à son calme et à son caractère sociable, en font un chien qui se lie beaucoup à l’homme. Son obéissance et son courage lui ont valu, dès 1910, le statut de « chien policier « . Mais il peut également se révéler un excellent chien de compagnie, vigilant et aimant les enfants.

  1. Origine et histoire

  2. À l’époque romaine, des mâtins, ancêtres de nos rottweilers d’aujourd’hui, gardent le bétail destiné à nourrir les légionnaires pendant les grandes campagnes militaires. Une fois les Alpes passées, les Romains progressent jusqu’en Germanie, où ils installent des garnisons, notamment à Rottweil, dans la région du Wurtemberg. Au Moyen Âge, Rottweil devient une ville très prospère, avec une forte activité commerciale. C’est à ce moment que l’on retrouve l’ancêtre du rottweiler sous le nom de metzgerhund (littéralement « chien de boucher »), parce qu’à l’époque il accompagne justement les bouchers, faisant office de bouvier (garde et conduite des bœufs) et de chiens de garde pour les maîtres.

    Avec le temps, la race devient plus homogène et c’est à la fin du XIXe siècle qu’apparaît le nom de rottweiler ou bouvier allemand, alors qu’il est présenté à une exposition en 1892. L’interdiction du transport de bétails étant décrétée au début du XXe siècle, le rottweiler perd son emploi et manque de disparaître. Mais il obtient sa « reconversion » pendant la première guerre mondiale dans le domaine militaire, ainsi qu’à la ferme. Sur le plan international, le rottweiler a d’abord conquis les États-Unis entre les deux guerres, où il a été reconnu en 1935, alors qu’il a fallu attendre 1966 pour le voir en Angleterre et les années 70 en France. Actuellement on peut dire qu’il a rattrapé son retard puis qu’il est quatrième au « hit-parade » des naissances en France.

    Étant donné son succès et la production de masse, la race est touchée par des problèmes de dysplasie, des troubles osseux et l’entropion (enroulement des paupières vers l’intérieur).

  3. Fiche

  4. Fiche du Rottweiler

    Le Rottweiler

    Autre nom : Chien de boucher de Rottweil.
    Origine : Allemagne
    Standard FCI (Europe et divers) : Standard No 147 – Groupe 2 (Molosses)
    Standard AKC (Etats-Unis) : reconnu
    Poids : 42 à 54 Kg
    Taille : 56 à 68 Cm
    Longévité : 10 à 15 ans
    Morphologie : Tête de longueur moyenne et large, corps puissant, membres droits et musclés.
    Robes : Noire et marques couleur feu.
    Poil : De longueur moyenne et lisse.
    Entretien : Brossage hebdomadaire.
    Nourriture : Croquettes ou pâtée industrielles de qualité.
    Caractère : Endurant, intelligent, affectueux, vigilant, fidèle, vif.
    Aptitudes : Chien de compagnie, chien policier.
    Pathologies : Le Rottweiler est un chien à la santé robuste. Il ne craint rien sauf la chaleur.

  5. Caractère et comportement

  6. Caractère et comportement du Rottweiler

    Le Rottweiler

    D’humeur aimable et paisible, il aime les enfants
    Le rottweiler est un excellent chien de famille, souvent qualifié, à juste titre d’ailleurs, de « pot de colle ».
    Très proche de ses maîtres et des personnes qui l’entourent, il ne peut s’épanouir parfaitement qu’en leur compagnie et avec leur complicité.
    C’est un compagnon de tous les instants, qui préfère de loin partager des instants complices avec sa famille, un petit jardin et de longues sorties en famille, plutôt que d’être livré à lui-même, souvent laissé seul dans un immense terrain pour garder une propriété.

    il est très attaché, obéissant, docile et travaille avec plaisir

    Très proche de sa famille et de ses maîtres, il aime veiller sur eux et les accompagner partout. Le rottweiler est toujours partant pour partager de nouvelles aventures avec ses maîtres, pour faire du sport ou apprendre de nouvelles choses.
    Il a besoin de se sentir utile, d’accomplir un travail, de sentir qu’on lui donne de l’importance et d’avoir un rôle à jouer. Pour cela, offrir la possibilité à votre rottweiler de pratiquer une activité sportive, utile ou ludique est un bon moyen pour ses maîtres de participer à son plein épanouissement.
    Quelques exemples non exhaustifs et variés :

    RCI, Mondioring
    Recherche utilitaire
    Attelage
    Travail sur troupeaux
    Obéissance
    Obé rythmée ou Dog dancing
    Agility (en prenant garde à ses articulations)
    Natation, randonnées
    Cani-cross
    Randonnées
    Etc…

    Son apparence trahit une robustesse naturelle

    Il est sûr de lui, jouit d’un équilibre nerveux parfait et est difficile à impressionner.
    Excellent gardien, il aboie peu et jamais inutilement. Sa simple apparence dissuade les intrus de s’inviter chez vous sans y avoir été cordialement invités. Sa plus grande force est la dissuasion.
    Généralement les rottweilers mâles supportent mal la concurrence d’autres mâles avec lesquels ils peuvent facilement entrer en conflit.
    Le rottweiler ne supporte pas d’être enfermé, attaché à une corde dans son jardin, ni être privé de contact.
    Etant sûr de lui et difficile à impressionner, une éducation coercitive basée sur la force, la domination physique (collier à pointe, cris, secouer le chien par la peau du cou, le soumettre de force en le plaquant sur le dos etc.) est vouée à l’échec et pire, peut s’avérer dangereuse car conflictuelle, stressante et source de déséquilibre émotionnel chez le chien.
    Préférez donc une éducation précoce, amicale et positive, basée sur la confiance, la rigueur et le respect mutuel, sans céder à ses moindre caprices ni le laisser livré à lui-même, cela va de soi. N’omettez pas non plus de lui inculquer les règles de bienséance de votre foyer, et plus généralement, les règles de bonne conduite en société pour faire de votre rottweiler, un ROTTWEILER digne de ce nom.

    Il réagit avec beaucoup d’attention à ce qui l’entoure

    De nature curieuse, le rottweiler observe l’environnement et les personnes qui l’entourent. Il analyse tout afin d’adapter au mieux son comportement en fonction de ses observations et ainsi obtenir ce qu’il désire ou détecter un éventuel danger. Il sait tirer profit de son environnement et de ses maîtres, si ces derniers se laissent faire et lui cèdent tout.
    Il a une méfiance naturelle envers les étrangers ou situations qui peuvent lui sembler « anomales ». Il est donc TRES important de socialiser très tôt votre rottweiler au monde qui l’entoure et de l’habituer très jeune à un maximum de situations différentes (enfants, vélos, casquettes, motos, autres chiens, foules, voitures, personnes âgées, chats, chevaux, combinaisons, hommes, femmes, déguisements etc.).
    Ainsi votre rottweiler, se sentira parfaitement à son aise partout où vous l’emmènerez et votre quotidien sera parfaitement intégré comme étant une situation « normale » et sans danger ni pour vous ni pour lui-même. Vous aurez de cette façon un merveilleux compagnon sociable et citadin, parfaitement adapté à la vie en société, et surtout, un parfait représentant de sa race : paisible, aimable, attentif, obéissant, équilibré et sur de lui !

    Conclusion

    Un rottweiler élevé dans de bonnes conditions et socialisé comme il se doit est un merveilleux compagnon pour toute la famille.

    Important

    Le descriptif du comportement et caractère de chaque race est défini en considérant que le chien a été élevé dans de bonnes conditions et que tous les éléments permettant de développer ces qualités ont été mises en place. Autrement dit, il ne suffit pas d’acheter un rottweiler pour avoir un rottweiler avec un comportement tel qu’il est décrit dans le standard, tout comme il ne suffit pas d’acheter un labrador pour avoir à la maison et sans effort, un chien guide d’aveugle.
    Pour que le chien ait un comportement tel qu’il est décrit dans le standard, il faut qu’il soit né dans un élevage sérieux, élevé et socialisé correctement par les éleveurs, qu’ensuite les propriétaires poursuivent ce travail de socialisation et d’éducation à leur tour de façon cohérente, non violente et également dans de bonnes conditions. Il faut bien entendu que les besoins du chien soient comblés et que le chien soit parfaitement intégré à la famille, et plus généralement, à la vie en société.
    Le rottweiler fait partie des chiens de 2e catégorie. A ce titre il est soumis à une règlementation stricte quand à son acquisition et sa détention. Bien que discriminatoire et non fondée, la loi concernant ces chiens doit être connue et respectée par les gens qui souhaiteraient adopter un rottweiler.

    Apparence et physique du Rottweiler

    Le Rottweiler

  7. Apparence et physique

  8. Aspect général

    Le Rottweiler est un chien robuste de taille moyenne à grande, ni lourd, ni léger, ni haut sur pattes, ni levretté. De proportions harmonieuses, son aspect trapu et vigoureux laisse présager force, souplesse et endurance.

    Proportions importantes

    La longueur du tronc mesurée de la pointe de l’épaule à la pointe de la fesse ne doit dépasser la hauteur au garrot que de 15% au maximum.

    Comportement / Caractère

    D’humeur aimable et paisible, il aime les enfants ; il est très attaché, obéissant, docile et travaille avec plaisir. Son apparence trahit une robustesse naturelle. Il est sûr de lui, jouit d’un équilibre nerveux parfait et est difficile à impressionner. Il réagit avec beaucoup d’attention à ce qui l’entoure.

    Tête

    Région cranienne
    Crâne : De longueur moyenne, large entre les oreilles ; de profil le front est modérément convexe. Protubérance occipitale bien développée, sans saillie prononcée.
    Stop : Bien marqué.

    Règion faciale
    Truffe : Bien développée, plutôt large que ronde, aux narines relativement grandes. Elle est toujours noire.
    Museau : Il ne doit faire ni trop long ni trop court par rapport au crâne. Chanfrein rectiligne à base large, diminuant modérément de largeur d’arrière en avant.
    Lèvres : Noires, bien serrées, commissures labiales fermées. Gencives foncées autant que possible.
    Mâchoires/dents : Mâchoires puissantes et larges, autant l’inférieure que la supérieure. Denture puissante et complète (42 dents). Les incisives supérieures s’articulent en ciseaux sur celles de la mâchoire inférieure.
    Joues : Arcades zygomatiques bien marquées.
    Yeux : De grandeur moyenne, en amande, de couleur brun foncé ; paupières bien appliquées contre la globe oculaire.
    Oreilles : Moyennes, pendantes, triangulaires, très écartées l’une de l’autre et attachées haut. Ramenées sur l’avant et bien accolées, elles font paraître la région crânienne plus large qu’elle ne l’est en réalité.

    Cou

    Puissant, de longueur moyenne, bien musclé, avec profil supérieur du cou légèrement galbe. Il est sec, sans fanon, ni laxité de peau à la gorge.

    Corps

    Dos : Droit, puissant et ferme.
    Rein : Court, fort et haut.
    Croupe : Large, de longueur moyenne, légèrement arrondie. Elle ne doit être ni rectiligne ni avalée.
    Poitrine : Spacieuse, large et bien descendue ( environ 50% de la hauteur au garrot) avec un poitrail bien développé et des côtes bien cintrées.
    Ventre : Flancs pas retroussés.

    Queue

    En état naturel, horizontale en prolongement de la ligne du dessus ; au repos elle peut être pendante.

    Membres

    Membres antérieurs
    Généralités : Vus de face, les membres antérieurs sont droits et non serrés. Vu de profil, l’avant-bras est vertical. L’omoplate forme avec l’horizontale un angle d’environ 45°.
    Epaule : Bien placée.
    Bras : Bien appliqué contre le tronc.
    Avant-bras : Vigoureusement développé et bien musclé.
    Métacarpe : Légèrement élastique, puissant, légèrement incliné
    Pieds antérieurs : Ronds, avec les doigts bien serrés et cambrés. Coussinets fermes. Ongles courts, noirs et solides.

    Membres postérieurs
    Généralités : Vus de derrière, les membres postérieurs sont droits et son serrés. En station libre, les articulations coxo-fémorales, fémoro-tibiales (grasset) et tibio-tarsiennes (jarret) forment des angles obtus.
    Cuisse : De longueur moyenne, large et fortement musclée.
    Jambe : Longue, puissante et large par sa musculature nerveuse.
    Jarret : Puissant, correctement angulé. Il ne doit pas être trop droit.
    Pieds postérieurs : Légèrement plus longs que les antérieurs, également avec des doigts forts, cambrés et bien serrés.

    Allures

    Le Rottweiler est un trotteur. A cette allure, le dos reste ferme et relativement immobile. L’allure est harmonieuse, franche, puissante et dégagée, avec une bonne amplitude.

    Peau

    Sur la tête, la peau est bien tendue ; dans des moments de grande attention elle peut former de légères rides sur le front.

    Robe

    POIL : La robe est formée par le poil de couverture et le sous-poil. Le poil de couverture est de longueur moyenne, dur au toucher, lisse et bien serré contre le corps. Le sous-poil ne doit pas dépasser le poil de couverture. Les poils sont un peu plus longs aux membres postérieurs

    COULEUR : Noire, avec des marques feu bien délimitées d’un ton brun-roux soutenu sur les joues, le museau, le dessous du cou, le poitrail, les membres ainsi qu’au-dessus des yeux et en dessous de la racine de la queue.

    Défauts

    Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité et de ses conséquences sur la santé et le bien être du chien.
    Aspect général : Léger ou levretté ou haut sur pattes ; ossature faible ; musculature légère.
    Tête : Tête de chien de chasse ; tête étroite ou légère ou trop courte ou longue ou massive ; front aplati (stop absent ou peu marqué).
    Museau : Long ou pointu ; nez busqué ou fendu ; chanfrein concave, convexe ou tombant ; truffe claire ou tachée de ladre.
    Lèvres : Flottantes ou roses ou tachées de ladre ; commissure labiale ouverte.
    Mâchoires : Mâchoire inférieure étroite.
    Denture : Articulé en pince.
    Joues : Par trop saillantes.
    Yeux : Clairs, trop enfoncés ou à fleur de tête, ronds ; paupières trop lâches.
    Oreilles : Attachées trop bas ou lourdes ou longues ou flasques ou portées en arrière ou décollées ou les deux étant portées différemment.
    Cou : Trop long ou mince, peu musclé ; présence de fanon ou de peau de gorge trop lâche.
    Corps : Trop long ou trop court, étroit.
    Dos : Trop long, faible ou ensellé, dos de carpe.
    Croupe : Avalée, ou trop courte, ou trop plate ou trop longue.
    Poitrine : Cage thoracique à côtes plates ou trop rondes (en tonneau) ou manquant d’ampleur à l’arrière.
    Queue : Attachée trop haut ou trop bas.
    Membres antérieurs : Serrés ou pas d’aplomb ; épaule droite ; coudes insuffisamment appliqués contre le corps ou décollés ; bras trop long ou trop court ou insuffisamment oblique ; métacarpe trop fléchi ou trop droit ; doigts écartés ou trop plats ou trop arqués ou déformés ; ongles clairs.
    Membres postérieurs : Cuisses plates ; jarrets clos, jarrets de vache ou dirigés vers l’extérieur ( en tonneau) ; angles articulaires trop aigus ou trop obtus ; présence d’ergots.
    Peau : Peau de la tête ridée.
    Poil : Trop mou ou trop long ou trop court ou ondulé : manque de sous-poil.
    Couleur : Marques feu de couleur défectueuse ou mal délimitées ou trop étendues.

    Défauts éliminatoires

    Comportement : Chiens peureux, craintifs ou couards, ayant peur du coup de feu, agressifs, exagérément méfiants ou manquant d’équilibre nerveux.
    Aspect général : Inversion du caractère sexuel marquée ( mâles de type féminin, chiennes de type masculin).
    Denture : Prognathisme supérieur ou inférieur, arcade incisive déviée ; absence d’une incisive, d’une canine, d’une prémolaire ou d’une molaire.
    Yeux : Entropion, ectropion, yeux jaunes, yeux de couleur différentes (hétérochromie).
    Queue : Queue cassée, enroulée, portée fortement déviée latéralement.
    Poil : Poil nettement trop long ou ondulé.
    Couleur : Non conforme au noir et feu caractéristique du Rottweiler ; taches blanches.

    Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d’ordre physique ou comportemental sera disqualifié.

    Remarque

    Les mâles doivent avoir deux testicules d’aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

    Santé hygiène et soins du Rottweiler

    Le Rottweiler

  9. Santé hygiène et soins

  10. Le rottweiler n’est pas un chien fragile ; il descend du chien de bouvier, il est donc rustique et robuste, et n’a presque jamais de problèmes de santé particuliers.
    Cependant, comme toutes les races, le rottweiler est plus sensible à certaines pathologies que d’autres. En attendant de développer de manière plus approfondie ce sujet, voici quelques informations détaillées.
    Un rottweiler n’est beau que s’il est en bonne santé et s’il est nourri convenablement, en particulier lorsqu’il est petit. En effet, l’aspect de votre chien dépend beaucoup de ce qu’il mange : un sujet nourri d’une manière correcte sera toujours en pleine forme, au contraire, celui dont l’alimentation sera inadaptée aura des problèmes.

    Pour ce qui est de la santé du chiot, il est important de suivre le rottweiler depuis sa plus tendre enfance et de ne jamais oublier les rendez-vous les plus importants avec le vétérinaire pour les vaccinations et les traitements vermifuges : un programme précis de traitement doit être prévu.
    Presque tous les chiots sont infectés de vers nommés ascaris qui se trouvent dans l’intestin de la mère à l’état de larve (résistants aux vermifuges) et qui sont « réveillés » par les hormones sécrétées pendant la grossesse.

    PROGRAMME DE VERMIFUGATION

    Femelle reproductrice
    2 à 3 jours avant la saillie
    15 jours avant la mise bas
    15 jours après la mise bas

    Jeune chiot
    de 15 jours à 2 mois : tous les 15 jours
    de 2 à 6 mois : tous les mois

    Chien adulte
    après 6 mois : 2 fois par an

    LA DYSPLASIE DE LA HANCHE

    La dysplasie de la hanche est une grave pathologie de l’articulation coxo-fémorale. Particulièrement répandue chez le rottweiler (chien lourd de grande taille), cette affection est difficile à diagnostiquer avant l’âge de 5 mois.
    La dysplasie est considérée comme un vice rédhibitoire (annulant la vente), quand elle est détectée avant l’âge de 1 an et comme vice caché pour les chiens vendus après l’âge de 1 an, avec toutes les conséquences juridiques qui en découlent.

    C’est une affection congénitale, d’hérédité partielle (environ 30%), qui est caractérisée par un développement anormal de l’articulation de la hanche. Elle évolue rapidement vers une arthrose.
    Si la dysplasie est soumis à son patrimoine génétique (parents et arrière grands-parents), les activités physiques (sauts, escalier, etc…) ainsi que l’environnement (sols glissants : carrelages, parquets) sont à surveiller étroitement.

    Malheureusement, malgré de longues années de recherche, la science n’a guère avancé dans le domaine de la prévention ; la seule mesure que l’on continue à prendre est une radiographie obligatoire des futurs reproducteurs vers l’âge de 1 an. Ne sont acceptés pour reproduire que les rottweilers cotés A, B ou C. Le stade C ne pouvant se reproduire qu’avec un stade A.
    Aujourd’hui, les éleveurs sérieux excluent automatiquement les sujets porteurs de traces dysplasiques de leurs programmes de reproduction, même si ce sont des champions (RING, RCI, CACIB).
    Prenez grand soin, lors de votre prochaine visite chez un éleveur, de noter les cotations des parents et arrière grand-parents (cotation A, B, C, D, E). En effet, cette pathologie peut facilement sauter une génération et réapparaître par la suite. C’est une bonne façon de reconnaître véritablement les bons éleveurs…

    Alimentation du Rottweiler

    Le Rottweiler

  11. Alimentation

  12. Comme tous les animaux le chien a besoin d’un apport nutritif constant et d’une alimentation correcte.
    Chez le chien la mastication est limitée et la déglutition très rapide. L’aliment, surtout si il est solide, reste longtemps dans l’estomac (3 à 12 heures) où il est transformé en bouillie avant de passer dans l’intestin où se fait l’assimilation. L’appareil digestif du chien lui permet de prendre des repas abondants et très espacés, car l’estomac se vide lentement.
    L’alimentation du chien se présente plutôt sous forme de petits morceaux grossiers plutôt que sous forme d’aliments hachées. A la base le chien est un carnivore, mais après un long processus d’adaptation et de cohabitation avec l’homme l’on conduit à manger des aliments de source non animal. De toute manière il a besoin d’un régime concentré à valeur nutritive élevée, mais variable selon la race, l’âge et l ‘état physiologique de l’animal ou le climat.

    Pour nourrir correctement un Rottweiler il faut veiller à lui donner les quantités adéquates de principes nutritifs :
    protéines
    glucides
    lipides
    vitamines
    sels minéraux

    C’est pour cela qu’il faut veiller à lui apporter une alimentation bien équilibrée contenant les divers principes nutritifs en quantité suffisante. Une alimentation adaptée est en effet nécessaire pour maintenir son chien en bonne santé, ni trop gros, ni trop maigre. Cette exigence au niveau de l’alimentation est encore plus importante chez le chiot que chez le chien adulte (comme pour chez l’homme, un bébé par rapport à un adulte).

    La fréquence des repas va varier en fonction de l’âge du chiot :
    de 1 à 3 mois : 4 repas
    de 4 à 7 mois : 3 repas
    de 8 à 18 mois : 2 repas
    après 18 mois : 1 repas

    Il faut savoir également que la chienne en cours de lactation devra prendre 2 à 3 repas par jour à partir du second mois.
    Le chien peut devenir obèse. On peut observer une prise de poids au niveau du garrot, sur la croupe et sur le flanc. Ces zones permettront de déterminer si l’animal est gros ou non. Il faut peser régulièrement son chiot afin de pouvoir observer la prise de poids. Il peut-être également intéressant de noter les différentes pesées afin de voir si le chien suit un développement normal par rapport à sa race.

    Education et dressage du Rottweiler

    Le Rottweiler

  13. Education et dressage
  14. Le dressage de chien est un métier de professionnels à part entière. Il est possible d’éduquer son chien soi-même, mais pour cela, il faut respecter certaines règles.

    On peut distinguer 2 sortes de dressages :

    dressage en vue d’une bonne cohabitation du chien au sein de la famille

    dressage en vue de faire de l’animal un chien de travail

    Le dressage d’un chien pour le travail n’est pas une chose facile, il est très délicat, voire dangereux, de dresser un chien soi-même pour en faire un chien de travail. Ce type de dressage ne doit pas commencer avant que le chiot est atteint l’âge de 12 ou 14 mois (âge de maturité psychique pour l’animal). Ce genre de dressage devra être impérativement pris en charge par un professionnel.
    Par contre, on peut, sans aucun problème, commencer à inculquer les bases du dressage au chien à partir de 6 à 8 mois.

    Ces bases comprennent :

    les exercices de rappels
    la marche à la laisse
    le rapport
    l’ordre « Pas bouger ! »

    il est préférable que le conducteur du dressage soit le maître du chien. C’est d’ailleurs pour cela que lorsque le propriétaire du chien emmène animal à l’obéissance, ce sont eux qui font faire les différents exercices au chien. Il est possible de se faire former dans des écoles où les instructeurs sont dotés d’une solide expérience. Ce sont eux qui pourront prodiguer de bons conseils au propriétaire du chien.
    Dans la pratique il n’existe pas réellement d’âge précis à partir duquel le chien peut commencer à apprendre. Dès sont plus jeune âge, il commence à enregistrer les informations. A partir du moment où le chiot partage la vie de son maître il apprend une foule de choses, tout cela grâce à son environnement.
    La première règle, qui pourra être apprise au chiot, est le fait de ne pas faire ses besoins à la maison, mais également de ne pas mordiller les meubles. Cela pourra se faire en douceur, en instaurant un rapport de jeu et de confiance. Cela lui permettra également de reconnaître son maître.
    Au fur et à mesure du dressage du chien, il est indispensable de rester ferme, d’avoir de la patience et surtout dans certains cas de la persévérance.

    Les « outils » de travail pour le dressage sont appelés plus communément :

    stimuli positif
    stimuli négatif

    Les stimuli positifs correspondent, pour le chien, aux récompenses attribuées sous forme de caresses, de gâteries et de jeux.
    Tandis que les stimuli négatif correspondent à des expériences désagréables que pourrait subir le chiot, comme par exemple des punitions ou des petite claques.
    L’usage des stimuli négatifs est très subtil. Si ceux-ci sont mal utilisés, ils peuvent compromettre l’équilibre du chien. Il ne faut donc pas corriger le chien sans raison et de manière trop brutale, afin de ne pas le traumatiser et de ne pas perdre le fruit de tout le travail déjà accompli.

    On peut lui apprendre l’ordre « assis ! » à partir de quelques mois. Pour faire cet exercice dans de bonnes conditions, il faudra être patient et toujours donner l’ordre sur le même ton. Si l’animal ne veut pas obéir, il faudra prendre un ton plus ferme afin qu’il comprenne que c’est un ordre.

    Le « rappel » est un exercice indispensable pour l’obéissance. Il sera facile d’aborder cet exercice en attirant le chien grâce a sa gamelle de nourriture ou bien avec un jeu intéressant entre les mains. Dans un premier temps, on pourra l’appeler par son nom et lui dire « viens ! » à partir du moment où il vient dans notre direction.

    Puis dés qu’il est arrivé vers son maître, il faut le récompenser avec des caresses et des friandises.

    Par la suite, il faudra l’appeler, tandis qu’il est occupé à autre chose (à jouer par exemple). Sans oublier de le récompenser, s’il obéit à l’appel.

    Si par contre, on est dans le cas où le sujet est plus indépendant ou plus âgé, faisant preuve d’entêtement et ne réagissant pas tout de suite à l’ordre, il sera nécessaire d’utiliser une autre méthode, qui consiste à utiliser une longue corde reliée à son collier. Lorsque le sujet ne réagit pas à l ‘appel il suffira tout simplement de l’attirer en tirant légèrement mais fermement sur la corde. Une fois qu’il sera venu, on le récompensera.

    Il ne faut jamais gronder un chien qui arrive longtemps après l’appel. Car le chien relierait la punition non pas à une chose passée (le retard par rapport à l’ordre) mais à une chose plus récente (l’arrivé auprès de son maître). Il assimilerait donc le fait d’obéir à l’ordre comme quelque chose de négatif. C’est donc un erreur à ne pas commettre.

    L’ordre « assis ! » est rapidement assimilé par le chiot, qui adopte facilement cette position naturelle. Si jamais il se montre récalcitrant, il suffira tout simplement d’exercer une légère pression sur son postérieur avec la main pour faire asseoir le chien.

    La conduite en laisse est un exercice fondamental pour le chiot. Il est vrai, qu’il est quelque peu désagréable qu’un yorkshire tire comme un fou au bout de la laisse, mais avec un Rottweiler on aura guère le choix de faire autrement que de le dresser pour ne pas tirer.

    Il faut tout d’abord commencer par habituer le chiot à porter un collier. Ensuite, il faudra emmener le chiot dans un endroit calme et inviter le chien à suivre son maître en se tenant sur son côté, sans jamais le dépasser. Si le chien essaie de dévier, son maître devra l’inviter au jeu. Le fait de faire semblant d’ignorer l’erreur, permet de supprimer celle-ci sans traumatismes pour le chiot.

    Dans le cas d’un chien déjà plus âgé, il suffira d’exercer une légère secousse sur la laisse (stimuli négatif) à chaque fois qu’il essaiera de partir devant.

    Pour ce type d’exercice il vaut mieux utiliser un collier « étrangleur ». Celui-ci permettra d’infliger au chien une légère punition en lui serrant le cou lorsqu’il essaiera de tirer. Par contre le collier à clous est à éviter.

    Une fois que le chien aura acquis une maturité suffisante, il sera possible de lui enseigner la « marche à la laisse », telle qu’elle est pratiquée dans les clubs de dressage.

    Cette exercice consiste à apprendre au chien à s’asseoir lorsque le maître interrompt sa marche. Il comporte également le demi-tour, le chien doit toujours marcher sur le côté gauche du maître, c’est à dire que lorsque le maître fait demi-tour le chien doit changer de côté pour se repositionner sur le côté gauche de son maître. Il ne doit pas également s’écarter (sous peine de se voir repris par une secousse sur la laisse) de son maître, ni le devancer.

    Une fois que le maître sera arrivé à une bonne entente avec le chien. Il pourra passer aux mêmes exercices mais cette fois sans la laisse. IL faudra lors des premières fois détacher le chien très délicatement afin que celui-ci ne s’en aperçoive pas.

    Lorsque l’on passe à des exercices qui demande une plus grande précision de la part du chien, il faut prendre garde de ne pas les faire trop durer afin de ne pas lasser le chien.

    L’ordre « Couché » consiste à faire se positionner le chien dans la même position que le sphinx (ne pas le laisser s’allonger sur le flanc). La rapidité d’application cet exercice est importante car on doit être capable d’arrêter le chien à n’importe quel moment même à distance.

    La phase suivante du dressage est le « pas bouger ! ». Cet exercice consiste à garder le chien dans la position couchée même si le maître s’éloigne de l’animal. Au début le maître ne devra s’éloigner que de quelques pas pour habitué le chien à l’exercice (il ne doit pas croire que le maître l’abandonne).

    Le chien pourra par la suite, une fois tous ces exercices maîtrisés sans difficultés, apprendre « l’attaque ». Mais cela est une phase bien particulière du dressage. Il est obligatoire que celle-ci soit effectuée par un professionnel compétent en la matière.

  15. Liens internes sur les chiens

  16. La vaccination du chien
    Les maladies canines
    LOF ou le Livre des Origines Français

  17. Livres sur le Rottweiler

  18. Le rottweiler de Filippo Cattaneo
    Le Rottweiler de Marina Salmoiraghi
    L‘Encyclopédie du Rottweiler de D Moscatelli
    Le rottweiler de Claude Pacheteau
    Je l’aime mon rottweiler ! : Tout ce que je dois savoir pour le rendre heureux de De Vecchi
    Le rottweiler de Franck Haymann
    Le rottweiler de Emmanuelle Dal Secco
    Le Rottweiler de Wilhelm Jönas
    Le Rottweiler de Franck Haymann
    Le Rottweiler de Haymann

  19. Liens externes sur le Rottweiler

  20. Rottweiler – Wikipédia
    Rottweiler – Fiche race – Woopets
    Rottweiler – Fiche de race présentée par un Elevage de rottweilers
    La santé du rottweiler

Laisser une réponse

Il faut être enregistré pour poster un commentaire.