Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | Connexion

Shagya arabe

Le-cheval-Shagya-arabe

Le-cheval-Shagya-arabe

Origine :

C’est en Hongrie, au Haras de Babolna, créé en 1789, que débuta, sur la décision de la couronne d’Autriche Hongrie, un programme de sélection visant à obtenir un cheval arabe de forte constitution, destiné à la remonte des armées de l’Empire. Un noyau de départ fut constitué de juments autochtones à forte proportion de sang arabe issu des invasions turques des XVI ème et XVIIIème siècles. Des missions d’importation se succédèrent au Moyen-Orient, chaque étalon importé donnant son nom à une lignée. Citons parmi les plus représentatifs : Dahoman, Gazal, Koheilan, Nedjari, Siglavy, O’Bajan, El Sbaa, Mersuch et bien sûr le célèbre Shagya qui, bien plus tard (à la création de l’association internationale de l’arabe Shagya en 1979), donnera son nom à la race.

Morphologie :

Malgré un pourcentage génétique élevé de sang pur sang arabe, le Shagya se distingue de celui-ci par son type, ainsi que par sa taille, son cadre et son ossature qui sont respectivement plus grande, plus important et plus forte. Le cheval arabe Shagya doit être beau et harmonieux, avec un visage expressif, une encolure bien formée, une ligne supérieure marquée, une croupe longue et une queue portée haut, avec des membres secs et des aplombs corrects. La taille souhaitée est comprise entre 1,55 m et 1,60 m au garrot et le tour du canon doit mesurer au moins 18 cm. Le physique et le tempérament du cheval arabe shagya doit répondre aux exigences que l’on demande à un cheval de sport, de randonnée, de chasse, d’endurance ou d’attelage.

Zone d’élevage :

L’élevage du Shagya se concentre plus particulièrement dans le sud de la France. De 25 chevaux à la reconnaissance de la race en France en 1989, le cheptel français compte actuellement environ 190 chevaux. Malgré la progression considérable de l’effectif français, celui-ci demeure encore très faible et les éleveurs trop peu nombreux peinent à répondre à la demande toujours croissante.

Aptitudes et utilisations :

Autrefois, cheval de guerre de la cavalerie légère de l’Empire d’Autriche Hongrie, cheval de parade de la cour impériale de Vienne, le Shagya incarne aujourd’hui la polyvalence. De par son modèle et son caractère très équilibré, il est apte à toutes les disciplines équestres. Très utilisé en Allemagne dans le concours complet, on le retrouve en France en dressage, concours hippique et plus particulièrement en endurance où s’est illustré le très bel Out Law Persick, champion national et international qui a fini ses jours comme améliorateur de race au Haras d’Uzès. En France, dans les années 80, on a pu admirer dans divers concours de dressage (prix St Georges) l’étalon Dahoman XXVII, propriété de M. Vlad Postelnicoux. Sa sélection ayant porté aussi sur le caractère, le Shagya s’avère un excellent cheval de loisir et d’attelage.

Historique :

Le haras de Balbona (dans l’ancien empire austro-hongrois), berceau de l’arabe shagya, se lance dans l’élevage de chevaux de cavalerie légère. Le croisement de ses poulinières avec des éta­Ions orientaux s’avère judicieux. En 1836, Shagya, puissant étalon pur-sang arabe, est racheté par le haras. Son influence sur le type sera déterminante et ses produits athlétiques vont lancer la dynastie des shagyas. Au début du XXe siècle, la race jouit d’une renom­mée prestigieuse, mais les difficultés économiques des pays de l’Est déci­ment les effectifs. A l’heure actuelle, la race ne compte pas plus d’un millier de reproducteurs au niveau mondial, dont une trentaine en France.

Caractéristiques :

Fruits d’une sélection sur 150 ans, ces chevaux sont harmonieux et équilibrés. Ils se distinguent du pur-sang arabe par une taille plus élevée (entre 150m et 1,60m) et une ossature plus forte. La robe est souvent grise, même si on peut trouver d’autres couleurs. Avec une tête très typée et des oreilles écartées et pointues, le shagya possède un front large et légèrement bombé- Encolure et ligne supérieure sont bien dessinées, la croupe est longue, la queue bien portée, les membres secs et solides. Ses mou­vements sont amples et élastiques

Utilisation :

Il est idéal comme cheval de loisirs, de dressage, d’obstacles, d’attelage léger ou d’endurance. ires polyvalent, le shagya est utilisé comme améliorateur de race. On trouve du sang shagya dans les origines de nombreux performers comme Sissi de la Lande, que montait Michel Robert, ou le regretté Milton. En France, l’on des plus célèbres shagyas est Out Law Persik, champion national et international d’endurance et fils de Persik (pur-sang arabe).

Caractère : Obéissant, intelligent et maniable
Utilisation : Exceptionnel en endurance. Figure en attelage et en concours complet
Morphologie : Cheval de selle concave et médioligne; Standard français
Robe : Très souvent grise, plus rarement noire ou baie,, alezan recherchée pour sa rareté.
Taille : 1,55 à 1,60 m en moyenne, tendance à l’augmentation.
Poids : Entre 400 et 450kg

Races de chevauxFiche du chevalAnnonces chevaux